02 juillet 2016

Vers le We Love Green Festival | Paris 4 juin 2016 #11


Voilà, fin de la journée du samedi 4, batterie vide, en moyenne une photo de fille en bdcpar minute durant plus de quatre heures. Mais il y en a d'autres faites le lendemain. Là j'avais prévu deux batteries, mais une seule m'aura suffi, moins de photos, pour cause de lumbago de votre dévoué. A suivre donc....

Vers le We Love Green Festival | Paris 4 juin 2016 #0 #1 #2 #3 #4 #5 #6 #7 #8 #9 #10

4 commentaires:

steve a dit…

Lumbago ?
Voilà ce qui arrive quand on se promène pieds nus dans ses BDC.

Chris a dit…

Ah , merci Arno, ces photos sont fantastiques, j'adore cette série, c'est toujours surprenant de voir toutes ces jeunes femmes en BDC, et j'étais à ce festival.
Je sais que tu as du faire des contorsions pour enfiler tes bottes...
Le problème que je connais bien avec les Le Chameau c'est qu'elles sèchent lentement, et une nuit ne suffit pas toujours pour pouvoir les enfiler le lendemain.
Pour cette raison j'ai plusieurs paires de bottes ( mais parce que je suis un fan de bdc ) mais aussi un sèche-bottes à air pulsé qui me rend bien service en asséchant complètement l'intérieur des bottes en quelques heures ou une nuit, surtout la doublure coton des Alezan, et éliminant ainsi l'humidité malsaine ( et les moisissures ) comme pendant ce printemps qui a battu tous les records. C'est un petit investissement qui s'avère bien pratique pour toutes les chaussures.

al a dit…

merci Arno pour cette série de photos
on voit bien la différence de génération entre les quatras en bdc aigle et les plus jeune en bdc décatlon

Chris a dit…

C'est vrai Al, on voit plus de Aigle Start chez les femmes de la trentaine ou plus que chez les très jeunes, certainement pour les raisons de coût. Mais j'ai aussi vu des jeunes avec des Aigle, je pense qu'une fille qui s'intéressait aux BDC pour les porter souvent se dirigeait plutôt vers les Aigle. Pour le style c'est certain. bien qu'elle pouvait être déçue à l'usage par la qualité, on en a déjà parlé.