19 juillet 2015

Atlas des préjugés

Un livre que j'ai adoré, "l'Atlas des préjugés". Une sorte d'anthropologie passionnante, instructive et amusante sur l'Europe essentiellement, et ce sur un ton enjoué.
Et totalement d'actualité, alors que la Grèce, mère de notre culture, et l'Allemagne se chamaillent à propos de la dette, moi de mon côté, devant mon ordi, je reste toujours captivé par mes contacts avec ces différentes Européennes pour monter mes posts sur les Blogs de Filles, même si les différences culturelles s'estompent. La mondialisation fait que l'on remarque la même pub Samsung ou la même Renault sur les shots d'Alejandro à Madrid et ceux de Grzegorz à Varsovie. Et les filles de Madrid portent des bdc Decathlon comme celles de Varsovie. La Pologne et l'Espagne ont en commun la persistance de cette mode des bottes de cheval et ce malgré un climat radicalement différent. Si ces deux nations ont en commun une forte imprégnation du catholicisme, pourquoi alors la tendance n'a-t-elle pas percé dans l'humide et croyante république d'Eire? La forte culture équestre serait un début d'explication pour nos amis ibères, mais quid de la Pologne?
Quand on décide d'exposer des préjugés à la face du monde, on sait qu'on prend des risques. Chacun pense qu'il est un modèle pour la race humaine, nous nous sommes placés naturellement au centre de l'univers. Notre subjectivité nous suit comme une ombre, même lorsque nous voulons nous en défaire. Voici quelques exemples parlants tirés de l'un des deux tomes parus; je n'ai pu résister d'y insérer des estimations liées au thème qui nous concerne à travers ce blog de mode ! Huit façons de briser l'Europe:

Notre subjectivité nous suit comme une ombre, même lorsque nous voulons nous en défaire.
t
A book I loved, "Atlas of prejudice". A kind of  exciting, informative and fun anthropology mainly in Europa, and writen in a playful tone. When deciding to expose prejudices to the face of the world, it's known that we take risks. Everyone thinks he is a model for the human race, we naturally place ourselves at the center of the universe. Our subjectivity follows us like a shadow, even when we want to dispose of. Here are few examples from either of the two volumes published; I couldn't resist inserting related estimations concerning everyone checking this fashion blog !

2 commentaires:

Amelie a dit…

Si je peux tenter une idée sur une explication , concernant les Filles Polonaises dont j'ai deux amies originaire , elles aiment simplement les bottes , pas spécialement en PVC mais elles ont toujours aimé ce style , c'est une culture dûe également aux conditions météorologiques locales , comme en France le haut talon est un genre , là bas ce sont les bottes ( souvent en cuir ) . Les modes durent toujours plus longtemps dans ce type de pays car ce ne sont pas des pays de mode typiquement parlant.

Pour l'Espagne , c'est surtout que c'est un pays ou l'équitation tient une grande place , les bottes cavalières sont répandues forcément , la mode est arrivée là bas un jour , ce qui a renforcé ce côté de porter ce type de bottes ... Ca disparaîtra également mais c'est une chaussure qui restera malgré tout dans les habitudes de beaucoup d'entre elles

al a dit…

pour un début d'été et avant tes vacances , tu nous présente une recherche intéressante sur l'Europe.
bravo pour ton travail.
il y a plein de pays en Europe avec une culture équestre , mais je pense à la Grande Bretagne , où le cheval est un animal culte.
par contre , aucune photo d' anglaise en bdc .
alors , est ce qu'il nous manque un correspondant ( comme Alejandro pour l'Espagne )en Angleterre où aucune fille ne portent des bottes dans ce pays où la pluie n'est pas rare loin s'en faut.