16 juin 2013

Espace Tonia


Des semaines et des semaines que je lis des commentaires passionnés pour la réintroduction des bottes de pluie Aigle Tonia dans les rues. Plutôt que de disperser vos commentaires dans des articles sans liens direct avec ces bottes vintage, je vous propose de tous les rassembler ici, ce sera beaucoup plus pratique.
Pour illustrer ce post, une publicité Aigle pour entre autres les Tonia que j'ai trouvée dans un vieux "Jours de France" de 1969 de mes parents. Elles coûtaient 49F, sachant que le franc 1969 est à peu près égal à l'€ de 2013.
For weeks and weeks I read impassioned comments for the reintroduction of Aigle Tonia wellies in the streets. Rather than spreading your comments through articles without any direct link, I suggest you to all bring together there will be much more convenient.

Liens: Bardot en Tonia, 1969, extrait video "L'ours et la poupée",  Street shot Tonia, ex-blog. 

Ajout du 23 juin. Ci dessous en vert, copie du mail d'Aigle reçu par Amadeus.
Amadeus: "Il va de soi que je suis déçu et très amer je trouve le modèle actuel "Miss jULIETTE"  très "campagne" et à des lieues de l'élégance et de la coupe des TONIA des années 80s. je m'interroge sur la pertinence du styliste actuel de chez Aigle et sur  la validité de  leurs  études de marchés.  A continuer ainsi, AIGLE va perdre le segment de la botte de pluie en véritable caoutchouc pour femmes ( je n'ai pas dit , jeunes femmes ) et laisser le champ libre à leur concurrent français BE ONLY se trouvant à ANGERS et espagnol GIOSEPPO dont le siège se trouve à ELCHE-ALICANTE qui ont   tous deux "vampirisé" la  coupe de la  botte TONIA . Point n'est besoin d'être grand clerc pour comprendre que "Miss Juliette" est très moche et que les jeunes n'en voudront pas préferant porter des fausses bottes de cheval   de chez Décathlon en milieu urbain. Je ne pouvais pas taper plus haut, faut-il continuer à faire du lobbying auprès de ce Directeur du marketing?"

> Message du 20/06/13 à 09h23
> De : "ANDRE Frédéric" 
> A : "pxxxxxxxxxx@voila.fr" 
> Objet : RE:  les fameuses Gioseppo tripoli , imitation des TONIA françaises des années 70 

Bonjour Monsieur, A la lecture de vos différents emails, il est plaisant de constater votre intérêt et votre affection pour la marque Aigle. Je tenais à vous en remercier. Mais je vais vous confirmer ce que Emilie Forraz a pu vous dire en 2009, nous avons choisi de lancer un nouveau modèle baptisé Miss Juliette (inspiré du modèle Tonia). Ce dernier est décliné dans plusieurs versions (bottillon, botte, lacet) et nous capitalisons dorénavant sur ces différentes références. Ce qui m’amène à vous dire que Tonia ne renaitra pas de ces cendres dans un futur proche. Je vous souhaite une bonne journée. Cordialement, Frédéric ANDRE Directeur Marketing Chaussants 
Aigle International S.A.Siège Social17, rue Saint Denis92513 Boulogne-Billancourt CedexTel :+33(0)1.41.22.61.51 

Ajouts du 8 aout  et 11 sept. '13. Quatre publicités Aigle pour les bottes Tonia, automnes 1970 et 1971 en haut, 1968 et 1969 en bas.
Ajout du 24 mars '14. Deux pubs de 1968.
Ajout, du 31 aout ' 15. La comédienne Christine Delaroche parraine la nouvelle botte de pluie Aigle Tania (sic), double page presse, automne 1967

1 134 commentaires:

1 – 200 sur 1134   Suivant›   Les plus récents»
amadeus448 a dit…

Moi je veux bien des TONIA , mais asaptées aux standarts actuels , c'est à dire avec une tige plus haute de 3 cm , pour ce qui concerne le galbe des TONIA et la hauteur de talon , c'était OK

Ludovic a dit…

Très bien tout celà , avec à l'appui une documentation d'époque 1969 çà date...J'aimerais bien avoir l'avis de nos compagnes ou épouses sur ce sujet.Ont elles envies de porter des TONIA , 35 ans après leur disparition .Qui va relancer la mode des bottes de pluie de ce style certes , non démodé ;les femmes qui ont portées les TONIA sont aujourd'hui quinquagénaires ,qu'en pensent elles de ce "come back" hypothétique???

Anonyme a dit…

Arno ,si tu veux à ce sujet j 'ai une proposition pour toi.
Joinds -moi:
rigonliza@yahoo.fr

Noname a dit…

Noname.
Mon épouse qui portait tous les jours des bottes
Tonia de couleur rouge vif en garde un excellent souvenir , c'est pourquoi, aujourd'hui elle en possède encore une paire, qui ne sont pas rouges mais de couleur crème , elles ont même le carton plié en deux (d'origine)
glissé à l'intérieur de la botte et qui qui permettait de les maintenir en forme .
De plus elles ont gardé leur odeur de l'époque ,ce mélange de vrai caoutchouc et de latex ce qui d'ailleurs est expliqué dans le petit dépliant qui était livré lors de l'achat de ces bottes .

nestotburma a dit…

Justement Nomame , tout est là : comment retrouver après tant d'années le latex de l'époque qui faisait la spécificité de la souplesse des TONIA ? Le jersey coton de la doublure intérieure sera t'il le même, quant à l'odeur des TONIA , ce mélange de caoutchouc de qualité et de latex qui faisait la spécificité de ces bottes fabriquées à la main disait la pub sur la boite .Le retrouvera t'on???? Hutchinson a je crois disparu .Les moules par contre doivent encore exister.Espérons!!!

Chris a dit…

@ Nestorburma, on doit pouvoir théoriquement le refaire, mais à quel coup ? et les jeunes femmes en France seront-elles prête à débourser pour du vintage ? ou comprends qu'il y a des enjeux économiques importants, pour que Aigle rechigne à se lancer dans cette aventure. Me^me si je le souhaite vraiment. Il faudrait aussi un gros coup de marketing pour que çà marche.

Chris a dit…

En fait quand je vois cette pub je me dis que ces bottes sont magnifiques, je crois que dans l'absolu en ne regardant que le style, beaucoup de jeunes femmes doivent penser la même chose. Est-ce que je me trompe, est-ce qu'il y a des jeunes femmes dans ce cas qui peuvent dire un mot et nous donner leur opinion ??

nestor burma a dit…

@ Chris
comme tout fabricant , AIGLE doit penser au distributeur .Si le prix des TONIA est aligné sur celui des Ecuyers , ce qui est plus que probable , la Grande distribution (Carrefour , GEMO , BESSON ) n'en voudra pas ; restera une distribution confidentielle chez les "boutiquiers" indépendants , là où il en reste...

annick a dit…

@ Noname et Amadeus
contrairement à ce qui est écrit sur plusieurs post les TONIA n'étaient pas le modèle emblématique des régions Bretagne et Pays de la Loire , j'habite Bressuire et je peux confirmer que pas mal de copine de la région Poitou Charentes ont porté des TONIA dans les années 1980 .La couleur rouge , il est vrai , était la plus recherchée.J'aimerais ainsi que pas mal de femmes que ce modèle soit à nouveau fabriqué .Si quelqu'un a "des bretelles" auprès de AIGLE , je suis preneuse .
ANNICK

brigitte a dit…

OK Annick , j'ai trouvé des TONIA soldées en noir et crème , à Saint Brieuc en Bretagne il y a une bonne dizaine d'années .Il y en avait plusieurs paires , ce qui veut dire qu'il a encore des détaillants qui en ont encore en stocks.

Chris a dit…

Mon avis est que si Aigle réédite les Tonia, elles seront vendues dans leur réseau de boutiques, et seront exposées comme des séries spéciales, donc je ne pense pas qu'on les retrouve dans la grande distribution.
C'est vrai que les Tonia étaient incroyablement souples, elles tenaient difficilement seules et se pliaient facilement, ce qui pouvait les endommager rapidement, d'où les formes en carton.

annick a dit…

@ Chris
Dans mon département il y a seul dépositaire La Chameau .Quant à la marque AIGLE , il n'y a pas à ma connaissance un seul magasin .Seul Intersport vend des BDC AIGLE: il y a toute la gamme je crois , Ecuyer et Starts. Après celà quelques détaillants individuels vendent des bottes de chasse ou de pêche de la marque AIGLE mais très peu .Or les TONIA , dans les années 80 , on les trouvaient dans toutes les villes; à TOURS par exemple il y avait pas moins de 3 magasins qui en vendaient .

Bernie a dit…

Quelqu'un a t'il au mois essayé de joindre un responsable de la production chez AIGLE , autre que Stéphanie , responsable des relations publiques qui abreuve ses interlocuteurs de la litanie "voyez dans notre catalogue un article qui ressemble aux TONIA car TONIA , moi pas connaitre" ???

amadeus448 a dit…

Si , justement j'ai téléphoné à AIGLE ,site de Chatellerault ( M LARRIAULT chef de produit remplaçant Emilie FORRAZ ) qui m'a confirmé que la réédition des bottes de pluie TONIA n'était pas dans la "stratégie actuelle" de la marque .Autrement dit si M LARRIAULT a mis son veto , que peut on faire Arno?

amadeus448 a dit…

J'ai oublié de vous dire , les ptits gars , le remplaçant d'Emilie FORRAZ n'a rien à voir avec elle .Autant Emilie avait de l'humour , développait une argumentation et ouverte au dialogue autant son remplaçant est fermé , terne , arc bouté sur ses certitudes économiques et ses statistiques , en un môt "blême .Quelle déception!!! .
Conclusion de l'entretien : on n'est pas à la veille de revoir les TONIA..

corinne a dit…

Je présume qu'il aurait fallu faire le "forcing" à l'époque où une femme était aux manettes de AIGLE Marketing Emilie Forraz connaissait certainement les TONIA et savait ce qu'elle vendait ; le "petit nouveau"visiblement ne connait pas ce qui a fait la gloire de son entreprise.Le pire c'est que l'on dépend désormais de ce genre de techno bureaucrate qui ne connaissent pas ce qu'ils vendent

Denise Nantes a dit…

C'est aussi pour çà que la France va si mal .Quand on a des idées çà déplait à la haute hiérarchie .Quand je relis certains passages de l'ancien blog consacré aux TONIA AIGLE je me dis qu'on a raté le train à l'époque où Emilie chef de projet s'apprétait à relancer la fabrication des TONIA. C'était en 2009

Béatrice Nantes a dit…

Tonton Bertrand a dit non , il va falloir avaler le refus , chères adoratrices et adorateurs des TONIA !

Chris a dit…

Je ne pense pas que Aigle choisisse de mettre en fabrication ses nouveaux modèles sans réaliser des protos et des enquêtes auprès d'échantillons de consommateurs(trices). La stratégie de la marque semble être tournée vers le haut de gamme avec une plus value design , voir par exemple les bottes "festival" ou "Liberty", plutôt que vers son passé et le concept du "vintage" , contrairement à Hunter qui base son image de marque sur ses "Original" . Rien d'étonnant et à mon grand regret, car je reste persuadé qu'une réédition des Tonia , avec un bon marqueting, même un peu modernisée , adapté selon les modes de production actuel (comme l'a fait Hunter qui fabrique ses Original en Indonésie) ferait un carton chez les jeunes femmes et les moins jeunes qui se souviennent encore de ces bottes (pas seulement les amateurs que nous sommes).

Chris a dit…

@ Amadeus
Il y a quelques années j'vais envoyé un e-mail chez Aigle, pour leur exprimer mo souhait d'une réédition des Tonia. Il m'avait été répondu poliment "regarder la nouvelle collection cet hiver il devrait y avoir des modèles qui pourront pleinement vous satisfaire", allusion je pense aux Miss Juliette qui venait d'entrer dans la gamme. Une botte bien féminine, forme fine, mais bien différente d'aspect avec son caoutchouc granuleux, et ses semelles épaisses à talon. Même les "Venise" s'approchent beaucoup plus des bottes de ces années là.
Je pense que Aigle ne comprend pas toutes les subtilités qui nous font aimer particulièrement les Tonia. Il faudrait maintenant que ce soit des femmes qui prennent l'initiative l'écrire chez Aigle, pour leur montrer tout l'intérêt qu'elles portent à ces bottes.

amadeus448 a dit…

@ Chris

entièrement d'accord avec toi Chris , maintenant il faudrait que ce soit des femmes qui écrivent au Dirlo du marketing de chez AIGLE , qui , entre parenthèses ne m'a pas répondu clairement quant au niveau de conservation des anciens moules des TONIA ? les possèdent ils encore ou bien ont ils été détruits lors de la liquidation,de HUTCHINSON bottes par AIGLE INTERNATIONAL .

amadeus a dit…

Message à toutes

mesdames , si vous voulez revoir un jour prochain les TONIA dans les rayons , il faut écrire par email à f.andre@aigle.com M Fréderic ANDRE est en effet le Directeur historiographe de la marque AIGLE à Chatellerault .Un petit effort , et je pense que nous obtiendrons satisfaction l'automne prochain .AIGLE capitalise sur le modèle affreux 'Miss Juliette" qui est un succédané de bottes de campagne et de botte urbaine , qui n'arrive pas à la cheville" des anciennes TONIA .Je me répète un dernier effort et je pense que sous la pression des consomatrices AIGLE ressortira ce modèle "vintage" emblématique des années 1980 .

Chris a dit…

C'est presque une pétition qu'il faut lancer à travers toute la France et la Navarre...
Si les moules n'existent plus (engloutis dans la liquidation d'Hutchinson ? ) est-ce si coûteux de refaire des moules ? Je crois qu'ils sont en aluminium maintenant, ils ont bien dû conserver au moins les matrices.

Question aux jeunes femmes qui n'ont jamais porté les légendaires TONIA: ces bottes vous attirent-elles? seriez vous prêtes à investir une centaine d'euro dans ces bottes ?

Anonyme a dit…

Bonjour, J'ai envoyé un mail à Emilie Forraz responsable à l'époque,avec pour une évasive réponse qui ne laisser pas ou peu d'espoir sur une éventuelle reprise commerciale.Peut-on espérer de la part de chez Aigle un retour au vintage ce qui répond à une mode comme les meubles design,véhicules automobiles Fiat 500,Mini Cooper... ou tous styles ou de moyens d'expression afférents des années 60-70?Il y a là un enjeu commercial et surtout financier...

amadeus a dit…

Emilie FORRAZ n'est plus chez AIGLE depuis 2 ans elle responsable des achats chez DPAM ( du pariel au même ) le reponsable marketing chez AIGLE INTERNATIONAL est M Fréderic ANDRE email f.andre@aigle.com .
Sans l'aide de nos compagnes et des amoureuses des TONIA , AIGLE ne bougera pas un orteil ; c'est donc aux dames et aux demoiselles à maintenant prendre le relais et à inonder la boite du responsable marketing pour qi'il se décide , enfin ,à agir au lieu de "capitaliser' sur les affreuses Miss Juliette dont les femmes ne veulent pas.

Annick a dit…

je ne pense pas que ce soit le prix probable de vente qui arrête ou fait hésiter le chef du marketing de AIGLE . L'entreprise attend plutôt le retour sur investissement de la promotion des "miss juliette" .Point n'est besoin d'être grand clers pour devenir que ce n'est pas le succès escompté .Reste donc à tout miser sur la résurrection des TONIA à condition que le demande soit "significative" .Est ce que la coupe des TONIA plaira aux jeunes filles de 2013 ? toute la question est là .

Noname a dit…

Noname
Moi je crains que , même si on a conservé les moules et les matrices, la matière première ne soit plus la même, c'est à dire ce vrai mélange de latex et de caoutchouc de qualité que l'on utilisait à l'époque qu'il soit remplacé aujourd'hui par ces nouvelles matières à base de plastique qui n'ont à mon sens aucun intérêt
Je veux dire: Aspect ,texture, souplesse , douceur odeur ,etc .. En somme, tout un ensemble qui faisait de cette botte la réputation des "TONIA" .

Marcelle a dit…

Moi au contraire , je pense que le vrai latex d'aujourd'hui est bien , meilleure qualité que celui d'autrefois ( voir les BDC de la marque BE ONLY fabriquées à ANGERS ) moins chère , plus souple et en vrai caoutchouc contrairement aux ECUYERS de la marque AIGLE qui est en chute libre , et c'est bien dommage .J'ai aussi porté des TONIA couleur noire et je les regrette .Marcelle 65 ans !!!

Annick a dit…

Je rebondis sur ce que dit Marcelle , c'est vrai que les TONIA était le reflet d'une époque .On a ressorti les DS les minis Austin , les baskets" STAN SMITH" , pourquoi dès lors ne pas ressortir les TONIA , BE ONLY commercialise par ailleurs via le réseau de VPC Sarenza.com de très belles bottes de cheval, doublées tissus coton , pourquoi chercher ailleurs ce que nous avons déjà ?k

Chris a dit…

Pas certain que le caoutchouc des Tonia était plus souple que celui des Miss Juliette par exemple, ayant pu voir les deux. Les be-only sont faite d'un caoutchouc très souple mais on dit qu'elles sont très fragiles (ici sur ce blog une jeune femme racontait il y a quelques mois comment elle avait explosé l'avant de ses be-only sur un pavé).
Il est vrai que les Miss Juliette sont plutôt rares, je pense que leur prix y est pour quelque chose (100 euros), d'autre part l'aspect granuleux mat (modèle de base) n'est pas aussi classe que le vernis des be-only, ou des Tonia.
Il faudrait que ce soit les femmes qui puissent expliquer chez Aigle ce qu'elles aiment dans les Tonia, et qu'elles ne retrouvent pas dans les Miss Juliette.

Noname a dit…

Noname
@Marcelle,
Mon épouse qui a 62 ans possède une paire de "TONIA" de couleur crème qu'elle aime mettre de temps en temps .
Lorsqu'elle avait 18 ans, elle se rendait pendant la saison des pluies au lycée chaque jours chaussée de ses "TONIA" d'un rouge très brillant.
Elle a d'ailleurs gardé cette paire de bottes, mais qui est hélas en mauvais état !
"Nostalgie quand tu nous tiens ! "

Marcelle a dit…

j'ai "achevé " mes TONIA dans l'activité jardinage car le caoutchouc a fini par se fendiller et la doublure intérieure par se déchirer.C'était un très beau modèle , AIGLE en a ressorti un semblable , quelques années plus tard mais la tige était moins haute.A 1'époque j'aurais dû l'acheter...Je suis comme vous dans l'attente d'une hypothétique résurrection mais je n'y crois pas, sauf surprise.Maintenant je porte des bottes de cheval , c'est moins élégant mais plus efficace contre les averses

Marcelle 65 ans a dit…

Les TONIA monsieur Noname ne doivent pas ressortir sans une refonte complète du modèle en particulier une hauteur de tige plus haute d'au moins 4 cm .Ma fille mesure 1,76 m et chausse du 41 , ce qui veut dire que la tige des anciennes TONIA lui arriverait à mi mollets . Je comprends dès lors la reticence ou la frilosité des gens de chez AIGLE à relancer un modèle de bottes de pluie sur des errements anciens . La taille des jeunes filles explique ainsi le succès inattendu des bottes de cheval portées en cycle urbain , faute de mieux sur le marché actuel.

NONAME a dit…

@Marcelle
Je viens de mesurer la hauteur des "TONIA" de mon épouse (mesure prise de l'intérieur) 38 cm pour une pointure 39 .
Ceci dit mon épouse possède aussi des bottes équitation Le chameau doublées cuir qu'elle porte parfois des journées entières afin d'économiser ses TONIA

Marcelle a dit…

Je viens de mesurer la hauteur de mes BDC marque AIGLE la hauteur de tige est de 43,5 cm .Cà me semble une hauteur de tige minimale pour que l'eau ne rentre pas dans les bottes par fortes averses , ce qui de mémoire m'était arrivée à plusieurs reprises .Cordialement

Annick Angers a dit…

J'observe depuis plusieurs jours les différents commentaires relatifs aux TONIA et je dois reconnaître qu'une hauteur de tige de 37,5cm est insuffisante compte tenu du gabarit des jeunes filles d'aujourd'hui , d'où en effet , tout en gardant le galbe qui a fait le charme des TONIA une hauteur de tige rallongée de 3 à 4 cm .Avec les procédés modernes stéréolithographies et DEA ce ne doit pas être une tâche insurmontable que de reproduire la silhouette des TONIA adaptée aux "standarts" actuels , c'est à dire propice à une utilisation urbaine des DBC;

NONAME a dit…

Noname
Cela peut-être agréable l'été sous une pluie d'orage, mais beaucoup moins l'hiver par temps froid !
Sinon, s'équiper de cuissardes sympa comme par exemple "NONAME"

Pascale a dit…

Une hauteur de 41 cm serait en effet un minimum , c'est d'ailleurs la hauteur de mes BDC de chez Décathlon pointure 40

Pascale Condom 32 a dit…

On trouve pas de bottes "ECUYER" à moins de 80€ alors que j'ai payé mes Decathon aussi synthétiques que le sont les "ECUYERS" de chez AIGLE moins de 15€ , d'où vient une telle différence ?

titi a dit…

Question aux amateurs de bottes le chameau ALEZAN .Peut on les faire briller avec un spray silicone sans les abimer ???

arno a dit…

Ajout d'une réponse du Dr du Marketing Aigle, en bas d'article.

Chris a dit…

C'est curieux, je vois sur la page de pub de l'article qu'il semblait exister un modèle court de Tonia et un modèle haut, peut-être même plus haut que celles que j'ai connues. J'avais déjà lu quelque part que les premières Tonias étaient plus hautes (celle de la sublime pub de chez Aigle ou l'on voit de belles jambes bottées de magnifiques Tonias noires posées sur une armure). Je suis d'accord avec les commentaires qui pensent que les Tonias devraient être un peu plus hautes de quelques centimètres , si un jour elles sont rééditées. Il faudrait aussi sortir des pointures 40, 41 et 42 car les jeunes femmes ont de grands pieds, et de plus les Tonias chaussaient petit n'est-ce pas ?
Je ne sais pas comment chez Aigle ils peuvent dire que les Miss Juliettes ont été inspirées des Tonias.
Reste que la BDC est tout de même une très bonne alternative, toute aussi élégante.

Pascale Condom 32 a dit…

Les bottes TONIA faisaient 38,5 cm de hauteur de tige en pointure 40C'est vrai qu'elles chaussaient petits
Si un jour , elles ressortaient il faudraitqu'elles soient plus hautes de 3 ou 4cm ; ce ne serait pas un mal .Ce sont les ELYSEES dont la hauteur de tige était plus basse que les TONIA

Anonyme a dit…

Slt
je pense qu 'aigle avait sorti un premier modèle ,dont un passionné m'avait dit qu 'il était reconnaissable au liseré au bas de la botte .Le modèle d'après 1970 ne l 'ont plus.
La méprise de Chris vient d 'un double modèle tonia pour femme et toniouchka pour fille peut-être ?
rigonliza

marcelle a dit…

Plus de message sur les TONIA depuis le 25 juin ; les vacances ont dû commencer pour pas mal d'entre vous
A bientôt

Brigitte a dit…

@marcelle
A propos de vacances un souvenir me revient au sujet des bottes de caoutchouc Tonia. Une amie qui avait une petite maison à l'île de Ré m'avait inviter pour aller à la pêche à pieds. Pour marcher dans l'eau et sur les rochers elle portait des bottes de caoutchouc Tonia. Elles étaient de couleur bleue. Elle était pieds nus dedans et n'hésitait pas à passer dans des endroits où l'eau était plus haute que ses bottes. Après chaque sortie elle rinçait l'intérieur et l'extérieur de ses bottes à l'eau claire et les laissait sécher à l'ombre. intérieur et extérieur

Nadine a dit…

@marcelle
Je suis d'accord avec vous que les bottes Tonia étaient à peine assez hautes. J'ai aussi le souvenir d'avoir eu de l'eau qui rentrait dans mes bottes par fortes averses. Il faut dire qu'à l'époque je portais un ciré (c'était aussi la mode) et quand il pleuvait fort l'eau goûtait sur mes jambes. Ce n'était pas très agréable surtout quand cela m'arrivait le matin et que je restais toute la journée avec mes pieds humides dans mes bottes. Celà vous est-il arrivée Marcelle ?

Chris a dit…

La mode dans les années 70 était aux cirés "maxi" qui descendaient sous le genoux, donc parfait pour couvrir les bottes et éviter l'eau qui coulent le long de jambes et dans les bottes.
Pour la pluie je porte également un manteau de pluie qui tombe ainsi juste au niveau de mes bdc. Pas de problème d'infiltration d'eau même au bout du quelques heures, ce qui me permet de faire des ballade sous la pluie ou tenir des heures au sec lors d'un festival en plein air.

Pour ceux qui aiment les Tonias rouge, il y a la jolie jeune actrice Mahault Mollaret dans le film "la vie au ranch" de Sophie Letourneur, film sortie il y 3 ans, elle y porte souvent des Tonia rouge avec une jupe. J'aime la scène ou elle traine ses pieds bottés sur le gravier de la cour de ferme, en les regardant. Je vous ferai des captures, si Arno veut les publier.

Marcelle a dit…

Les TONIA avait en effet le "défaut" d'être pas assez hautes en ce qui concerne la tige de la botte .
Les jours de fortes pluies ou d'orages , l'eau rentrait dans mes bottes . 3 ou 4 cm de plus n'auraient pas été du luxe tout en conservant le galbe qui faisait le charme des TONIA j

Amadeus a dit…

Es tu bien sûr que ce soit des TONIA ? les bottes TONIA sont sorties en 1970 , celà fait donc plus de 40 ans .A mon avis les quelques exemplaires ayant survécu doivent être rares et défraichis !

Godin Anatole a dit…

C'est vrai les TONIA n'étaient pas assez hautes. C'est pourquoi AIGLE ne veut pas les ressortir, car ne répondant plus aux "canons" de la mode actuelle. Les femmes veulent des bottes hautes ne permettant pas à la pluie de rentrer et d'avoir les pieds mouillés .Je les comprends .

Cathy ( Nantes ) a dit…

Les "miss Juliet" sont en effet hideuses et très chères .Rien à voir avec les TONIA à la coupe raffinée

marcelle a dit…

L'espace TONIA semble avoir disparu .Allons nostalgiques des TONIA réveillez vous .Depuis leur disparition , je porte des AIGLE STARTS , je reste fidèle à la marque bien que les ALEZAN semblent plus confortables et surtout plus solides

arno a dit…

@Marcelle
Les Tonia disparaissent, leur espace aussi: tout disparait, tout n'est qu'éphémère!
Sans vouloir être indélicat avec une femme, quel âge à peu près, avais-tu vers 1971, au plus fort de cette tendance? En portais-tu au lycée? Les bottes de cheval (Aigle Oxer, très belles & hautes, et les Alezan aussi, plus quelques importations de pays de l'est, Tchécoslovaquie notamment)en vrai caoutchouc existaient déjà: as-tu hésité?

Chris a dit…

Les Tonias devaient être beaucoup plus répandues que les Oxer dans les années 70, et on pouvait les acheter partout.
@ Arno: te souviens tu d'où venaient tes Oxer ?
@ Marcelle , en effet les Alezan sont en caoutchouc naturel , ce qui fait tout leur intérêt, pour la souplesse et l'allure de cette matière que je qualifierais de noble.

arno a dit…

@Très bien
D'une boutique de sport entre StAugustin et StLazare, n'existe plus depuis longtemps. Puis au Vieux Campeur, quartier latin. On en trouvait au salon du cheval aussi. Un peu partout. C'était largement plus facile d'acheter des bdc autrefois.
Quand tu penses aujourd'hui que Aigle Capucines, à 50m de Decathlon, ne vend pas de bdc. La France marche sur la tête.

Chris a dit…

@ Arno
Seulement les "grandes boutique" Aigle vendent des BDC, dont Ternes et St Germain, sinon en VPC (Sarenza etc...) donc pour essayer ( et comprendre les tailles de mollets) çà devient compliqué.
J'habitais le 94 sud de Paris dans les années 70, je me souviens très bien d'une boutique de sport au centre commercial Belle Epine qui vendait des BDC caoutchouc à l'intérieur en toile orange (je pense maintenant que c'était des Oxer de Aigle), elles me faisaient rêver ces bottes (pas question de les acheter j'habitais chez papa-maman...) plus tard j'ai pu me trouver des Equaline (qui étaient vendues, comme les Aigle au BHV , SAMARITAINE sport) , mais elles avaient une fuite devant... mes Alezans 1 datent de la fin des années 90 , on les trouvaient partout chez D4, Go-sport, et les filles ne portaient pas de BDC dans les rues ou quelques rares "originales" , dont tes copines que j'ai peut-être croisé...

titi a dit…

Alors là je suis d'accord avec Chris en ce qui concerne les tours de mollets pour les bdc aigle écuyer , c'est un vrai casse tête,résultat tu n'en achète pas si tu ne peux pas les essayer.BRAVO AIGLE.

marcelle a dit…

@ ARNO j'avais déjà 20 ans en 1970 et portait des TONIA qui étaient des bottes bon marché à la mode dans ces années là.
La photo extraite du film "bienvenue au ranch" démontre l'anomalie des TONIA au regard de la hauteur de tige . Ces bottes étaient très souples , très élégantes mais la tige n'était pas assez haute ce qui fait que j'avais parfois de l'eau dans mes bottes.

arno a dit…

@Marcelle
C'est pour ça que je te demandais si tu n'avais pas pensé à des bottes de cheval. Aigle faisait des "Oxer", très souples. Peut-être pensais-tu que cela ferait un peu trop "rebelle" d'en porter en ville.
D'autre part avais-tu été attirée par les cuissardes sixties, à talons plats? Vers 1970 certaines étaient comme des bas, en plastique/caoutchouc souple. En tout cas j'ai appris qu'on en trouvait à 69F chez André.

Marcelle a dit…

@ Arno
tu es bien curieux Arno , tu voudrais tout savoir . Mais je vais te répondre quand même . En plus des TONIA l'hiver je portais des cuissardes . C'était trèe à la mode dans les années 68 - 70 . J'en ai reporté dans les années 1988 - 1990 puis encore actuellement . En dépit me mes 65 ans bientôt , je m'habille encore "tendance" c'est à dire cuissardes l'hiver , BDC sTARTS quand il pleut, ballerines ou converses l'été . Voilà tu sais tout

Marcelle a dit…

@ Arno
oui j'allais au Lycée en TONIA puis à la fac de NANTES en TONIA et maintenant il m'arrive d'aller au cinéma en jupes et BDC si le temps le permet

amadeus a dit…

Force est de constater que l'avis de nos compagnes au sujet du retour des TONIA ne suscite pas l'engouement attendu

Chris a dit…

C'est vrai qu'on imaginait (ou rêvait) une mobilisation à grande échelle des amatrices de Tonia, qui par un tir concentré d'e-mail, de courriers, aurait eu quelque impacts à la direction de chez Aigle.
Beaucoup de femmes ont porté ces bottes il y a 40 ans et les porteraient encore si elles existaient, et pas seulement par nostalgie de leurs 20 ans. Et aussi certainement des plus jeunes qui apprécient les classiques, le style. Hunter fait un carton avec ses 'classic", les rééditions des tennis années 60-70 sont devenues des incontournables des branchées, et les bottes Aigle ??? oubliées ... ?? On a bien compris que ce n'était pas la stratégie marketing de la maison, dommage pour nous.

Chris a dit…

Je pense aussi que l'espace Tonia (merci Arno) est fait ici pour parler de ces bottes et de vos meilleurs souvenirs en Tonia. Quand et où les aviez vous achetées ? Quel couleur, comment les portiez vous, à quelles occasions.. ???

arno a dit…

@Marcelle
Merci de tes réponses.
Les Tonia que tu portais au lycée étaient noires ou rouges? Y avait-il dans ta classe d'autres filles en Tonia, voire en bottes de cheval?
C'est tes parents qui voulaient t'en acheter ou est-ce un choix personnel?

A tout hasard, te reste-t-il des photos de toi en Tonia de cette époque? Ce serait formidable. Si t'as pas de scanner, tu peux prendre la photo en photo.

Bise

Marcelle a dit…

@ ARNO

pas de panique ; à l'époque ( 1970 ) beaucoup de filles portaient des TONIA rouges ou noires pour aller au travail ou au lycée les jours de pluie à NANTES ( Pays de la Loire )
les miennes étaient vernies noires .je n'ai pas de photo car çà ne se faisait pas à cette époque .J'ai fini par les user en faisant du jardinage: le talon a fini par se fendiller .Elles ont quand même tenu presque 10 ans.
Je suis de l'avis de Chris , il faut occuper la boite e mail du chef du marketing de AIGLE pour espérer revoir les TONIA en édition " série limitée"

Marcelle a dit…

Après les TONIA ce fut l'époque des bottes cavalières en cuir à talons plats pendant plus d'une decennie avant que je revienne aux BDC de chez AIGLE lorqu'ils ont sorti le modèle"start" que je trouve très confortable et d'un prix abordable.De plus en trouve cette botte chez tous les boutiquiers, ils la vendent comme botte de pluie .C'est sûr en ce moment , on ne fait pas mieux!

Anonyme a dit…

J'ai toujours été extrêmement fasciné par les filles qui portaient des bottes caoutchouc vernies noires ou rouges. Dans les années soixante-dix, les Tonia Aigle étaient, je crois, considérées comme des bottes à haute tige. J'avais 25 ans à l'époque et je dois avouer que j'étais particulièrement comblé : Même dans le Midi, par temps de pluie, j'étais assuré d'en prendre plein les yeux. Ce sont des scènes de vie qui, bien qu'on puisse qualifier d'ordinaires, n'en demeurent pas moins pour moi, inoubliables.
Bien sûr je pense depuis longtemps qu'il faut que Aigle relance la production - limitée peut-être - de ces fabuleuses bottes de pluie. Mais j'ai bien peur que leurs décideurs d'aujourd'hui n'y comprennent pas grand chose...

Chris a dit…

@ Marcelle
te souviens tu comment tu portais tes bottes TONIA à l'époque ? c'est vrai çà fait loin! et maintenant avec quels vêtements portes tu tes BDC AIGLE ,si ce n'est pas indiscret ?

Amadeus a dit…

Salut à tous amis des TONIA

Moi aussi les filles en bottes TONIA me fascinaient .Il y en avait des rouges , des noires , des bleuers ; même une de mes profs en portait , des noires je crois , les jours de pluie .Celle qui est devenue mon épouse en portaient des rouges ; c'était le bonheur , si AIGLE pouvait se décider à les ressortir , ce serait un grand bonheur.Je pense que c'est aux femmes à faire le necessaire en envahissant la boite mail du Directeur du marketing de AIGLE ;sous la pression des consommatrices , AIGLE fera quelque chose .Personnellement , je crois que mon épouse en achetera 2 paires en noir et en rouge.

Chris a dit…

L'avis des femmes aujourd'hui sur les Tonia portera plus que celui des hommes, c'est certain, car il s'agit de la clientèle concernée. Bien sûr il y aura des hommes qui offriront ces belles bottes à leur épouse ou compagne, pour leur plus grand bonheur. Il faudrait avoir aussi des avis de jeunes femmes, afin de montrer qu'une réédition ne s'adresserait pas qu'aux nostalgiques.
Personnellement j'étais beaucoup plus attiré par les Tonia noires plus que les autres couleurs, dont le rouge très courant. Il y a eu aussi des bleu, beige, brun, vert olive...

Anonyme a dit…

Autant j'adore les Tonias, autant je ne comprend pas un tel manque de réalisme alors que cela a été dit plusieurs fois !

Les Tonias ne seront pas ré-édité, pour qu'Aigle veuille le faire, cela voudrait dire que ses modèles actuels lui sont inférieurs. -argent dépensé en R&D, modeling etc gaché donc- (et que plusieurs millions de consommateurs/trices le disent en inondant la boite mail Aigle, fassent des sondages etc)

Cela voudrait dire ressortir des moules, les arranger pour que celles qui les portent se sentent bien dedans (au niveau de la taille des jambes etc, ça a du changer), ne pas avoir la botte qui rentre dans le genou, etc.

Il faudrait alors de grosses pétitions avec plusieurs millions de consommatrices, et là encore, on pourrait juste espérer une étude de marché. (oui espérer car au final, encore une fois, refaire des Tonias, c'est dire que tout les modèles Aigle depuis, c'est de la merde donc autant reprendre un ancien modèle)
Juste pas réaliste !

Faites les brocantes plutot, avec de la chance, quelqu'un vendra une paire pas trop abimé.

Gardons ce rêve en tête, mais franchement, continuer à faire tourner ce topic (outre le fait de dire 30 fois son amour des Tonias et expliquer la situation l'on en est tombé amoureux -sur sa copine de lycée, une professeur, etc, ça je le comprend) avec des "si quelques femmes le disent, Aigle changera d'avis".

Enfin juste perso, voir encore et encore ce topic tourner juste pour dire "si 4 femmes vont dire à Aigle qu'elles adorent les Tonias plus que les modèles actuels, cela voudra dire qu'il faudra les ré-éditer"...

(voilou, vous pouvez continuer à raconter vos souvenirs de jeunesse avec les Tonias :p et espérer encore que des bottes du passé se feraient rééditées -pour ma part, une prof en primaire qui en portait, c'était sympa à l'époque)

Sinon @Marcelle, ça donne quoi les "bottes cavalières en cuir à talons plats" ? Tu as une image car j'aimerai bien voir ça.

Chris a dit…

Pour rebondir sur ce que dit Arno, c'est vrai qu'on aimerait bien ici que les femmes qui ont porté ces Tonia puissent apporter leur témoignage, nous raconter pour quelles occasions elles les portaient, à quelle âge, où et dans quelles circonstances les avaient elles achetées, jusque quand les avaient-elles portées.... c'est vrai qu'on est des grands curieux ici, mais aussi ces espace est fait pour échanger librement et anonymement.

Anonyme a dit…

Bonjour à tous,
pour répondre en partie aux interrogations d'Arno et de Chris sur la tenue vestimentaire des filles chaussant des Tonia, je peux leur dire qu'un élément de réponse se trouve déjà sur le Net. Il existe en effet à ma connaissance au moins deux sites publiant des photos de classe. Des établissements scolaires publient également des photos. Avec beaucoup de patience et un peu de chance, on tombe parfois sur de véritables trésors. J'ai pour ma part constitué une jolie petite collection de photos de filles en Tonia et autres bottes caoutchouc en tout genre. La plupart des photos de classe se situent dans les années 1967 à 1973, une époque où les jeunes filles ne portaient encore pas trop de pantalons mais plutôt des jupes et parfois même de fort belles robes.
Je pense bien évidemment que je n'ai pas le droit de publier ces photos sur le Net mais je peux le faire à titre privé par e-Mail personnel. J'étudierai la question.

BRUNO a dit…

Je ne comprends pas l'acrimonie d'un des anonymes au sujet du fil concernant les TONIA

Ce fut un modèle phare de AIGLE dans les années 70 - 80 .
J'ai connu à POITIERS une contractuelle ( celle qui mette les PV ) qui en portait des noires en 1972 . Elle était très sexy
J'aimerais bien que AIGLE les ré édite . Ce serait un exploit!!!

amadeus a dit…

@ anonyme
si tu peux m'indiquer sur quels sites on trouve des photos de filles en TONIA , je suis preneur . Je présume qu'il s'agit de copains d'avant?

ALAIN a dit…

J'ai vécu plus de 10 ans en BRETAGNE à LORIENT à partir de 1973 , je puis confirmer que les dames en TONIA étaient très nombreuses . C'était un phénomène de mode

Anonyme a dit…

Je réponds bingo à Amadeus.

al a dit…

incroyable l'intérêt que suscite les bottes tonia
80 commentaires pour des bdc qui n'existent plus depuis 40 ans;j'en reviens pas
pour ma part je serais plutôt accro des alezans
mais j'ai du bol , elles sont encore fabriquées et on en trouve même des séries 1 sur les petites annonce du net sans difficulté

Chris a dit…

@ Anonyme, je respecte tout à fait ton avis , mais je ne comprends pas pourquoi une réédition des Tonias signifierait pour la marque que tous ses modèles sortis depuis sont de la "merde"... Adidas va rééditer ses fameuses Stan Smith, Le coq sportif sa fameuse Eclat, je ne crois pas que ces rééditions dévalorisent l'iamge de la marque, bien au contraire...
Alors pourquoi une réédition des bottes mythiques ?? Bref,je n'y crois pas trop mais cette idée ne me semble pas idiote.

Anonyme a dit…

Je tenais à préciser que tous les anonymes ne sont pas de l'avis de celui qui pense que nous sommes des doux rêveurs. Je crois vraiment qu'à force de "casser les pieds" à la maison Aigle, un responsable influent finira bien par nous entendre et par admettre que notre idée n'est pas irréalisable. Avec Tonia, je pense sincèrement que l’esthétique de la botte caoutchouc a côtoyé la perfection et la perfection ne se démode pas, ne se copie pas non plus. Les exemples ne manquent pas et ça marche !

Anonyme a dit…

De même, je respecte vos choix et je m'excuse donc si cela a été pris comme un "crachat à la gueule", mais ce n'était pas mon but. C'est juste que l'on parle de bottes et d'Aigle. (l'entreprise ayant fait sa réputation avec ses bottes et qui n'en a plus grand chose à faire) dont la stratégie concernant la vente de ses bottes en magasin est globalement merdique. (et pas forcément mieux sur internet)

Adidas etc réédite ses baskets car il y a eu de célèbres figures sportives (des emblèmes pour plusieurs générations) qui les ont porter et les portent encore -d'autres sportifs actuels-, ce qui leur donne un effet de mode "cool" chez des jeunes (Kate Moss pour les bdp à un festival par ex, c'est ce qui se rapproche le plus de la couverture médiatique de ces chaussures avec des sportifs pour que cela touche un très large public) ou des "anciens jeunes" (ou 25-50ans) qui les voulaient à l'époque mais n'avaient pas l'argent pour (et qui les achèteront pour assouvir leurs envies d'enfant, voir même car aimant collectionner toutes les chaussures de la marque) tandis que même si j'adore les Tonias (jamais posséder mais déjà essayé chez une cousine), il n'y a pas une couverture assez musclée de la part d'Aigle envers ses bdp et bdc, donc pour des anciennes bottes... Je vois mal comment Aigle pourrait vouloir les rééditer, passé le public de nostalgique.

Ce n'est pas que rééditer les Tonias dévaloriserait l'image de la marque Aigle (au contraire), juste que cela ne correspond pas avec l'image actuelle d'Aigle et le fait que le peu de couvertures pour leurs bottes actuelles, ce sont pour des bottes actuelles étudiés pour la mode/l'utilisation de nos jours de ces bottes.

Anonyme a dit…

Les Tonias seraient réédités, elles devraient être améliorer pour coller avec l'époque actuelle (mode, taille des populations féminines actuelles nécessitant une hauteur de botte précise) et votre nostalgie (car il s'agit bien de cela, et pour ceux n'ayant eu que la possibilité de les voir -professeur, famille, etc-, l'envie de s'en procurer et de les essayer voir si les avis comme ceux de ce topic sont réels) ne s'y retrouverait pas forcément avec des bottes alors inférieur à celles de vos souvenirs ! (ce qui arrive souvent de nos jours : fabrication avec des matériaux bas de gamme, intérieur de la botte désagréable, doublure pas terrible, semelle intérieure désagréable pied nu/chaussettes/collants et trop sensible aux chocs les rendant inutile pour des chemins trop escarpés, semelle de la botte glissante, botte trop lourde et pas assez résistante, fuites peu de temps après achat, talon trop haut ou pas assez, hauteur de la botte trop courte ou trop longue mis en rapport avec la taille récente des ados/jeunes femmes -fabrication standard pour permettre au plus grand nombre de les porter, outre les gens avec de trop gros pieds-mollets-etc sans possibilité de faire quelques sur-mesures, puis le prix pour des bottes)

Cela signifierait que c'est "de la merde" car cela signifierait que le peu de couverture médiatique effectué pour les bottes actuelles d'Aigle ont eu si peu d'effet que des bottes anciennes sont encore et toujours préférées par des nostalgiques. -acheteurs de bottes actuelles peut-être, quand même ?- (et donc, les bottes actuelles n'auraient pas ou peu trouver leur public, rapportant trop peu, surtout qu'Aigle semble se préoccuper assez peu de la présentation en magasin ou sur internet de leurs bottes)

Anonyme a dit…

Juste que pour ma part, vous voir tous pleins d'espoirs avec vos "Si les femmes se mobilisent pour écrire à Aigle pour une réédition" -comprendre : les femmes ayant déjà porté des Tonias ou déjà essayé, car les trop jeunes ne les ayant jamais connus, pas sur qu'elles en aient quoi que ce soit à faire !- (pas de chiffres précis quand au nombre de femmes nécessaire car il faut tout de même une forte mobilisation mondiale pour qu'une entreprise de la taille d'Aigle envisage de ressortir les moules, de les améliorer, de faire des pubs en jouant sur le coté moderne tout autant que la nostalgie, etc) sachant qu'il s'agit de l'entreprise Aigle dont on parle, je ne comprends juste pas comment c'est possible ! (Aigle, l'entreprise qui a été "célèbre" grâce à ses bottes et qui en a un peu rien à foutre maintenant, de ses bottes, dans l'ensemble)

(et pour le fait de les spammer -mais combien de personnes ? car il faut un nombre suffisant en centaines de milliers de personnes dans le monde entier ou plus, une grosse mobilisation donc, pour que cela soit entendu- pour qu'un responsable un jour s'y intéresse car étant trop énervé par le spam infernal, j'en doute vu qu'au final, ce sont généralement des réponses toutes prêtes qui sont données)

Anonyme a dit…

Désolé pour le texte en plusieurs parties (ou pour le fait qu'il soit mal structuré), je le voyais plus court avant de le poster. (et de voir la limitation de 4096 caractères rapidement dépassée)

ALAIN a dit…

Cà passe mieux en disant , voilà qui a le mérite de remettre les pendules à l'heure!
Anonyme aime bien les TONIA mais veut faire preuve de pragmatisme.
Je serais presque d'accord avec lui en ce sens que la ressortie des TONIA présuppose une remise à niveau .
Si c'est pour nous sortir une imitation de TONIA made in KOREA confectionnée avec des matériaux de bas de gamme , ce n'est pas la peine.

Chris a dit…

Je ne pense pas que les responsables de la marque Aigle soit totalement fermés aux réclamations et avis des consommateurs. Il est toujours possible de donner un avis, exprimé un souhait, plus il y aura de réactions, peut-être la marque prendra conscience qu'il y a une clientèle potentielle, il faut essayer et c'est tout ...
Présenter un modèle mythique et le rééditer , valoriseer son savoir faire et son passé est une préoccupation de toute marque qui souhaite s'imposer. Je me rappelle pour cela d'une exposition de Aigle il y a 2 ou 3 ans à Paris qui montrait ses modèles historiques , mais malheureusement avait oublié les Tonia !!! A l'occasion il avaient sortis une série limitée, mais il est vrai fabriquée à partir d'un modèle en cours.
Ceci étant, excepté cette expo, je suis d'accord sur le fait que la marque cherche plus à développer et mettre en avant sa ligne de vêtement que sa gamme de bottes , secteur historique de la marque.

NESTOR BURMA a dit…

C'est bien beau tout celà , mais AIGLE est avant tout une entreprise commerciale dont le but est d'engranger des bénéfices.
Les jeunes filles , puisque c'est la clientèle visée accepteront elles de porter des TONIA comme leurs ainées d'il y a 40 ans ?
Rien n'est moins sûr car ilva falloir détroner les Converses.

al a dit…

à Chris
tu avez pris des photos de l'exposition Aigle ?
si oui , tu pourrais nous les publier sur bdc 69 stp

Danielle a dit…

Je suis épatée du développement que suscitent les TONIA sur votre site Monsieur ARNO principalement venant de la gent masculine.
Je fus jadis utilsatric

Danielle a dit…

Je fus utilisatrice des TONIA , jadis et j'ai appréciée la tenue de ces bottes qui étaient très bon marché dans le temps .elles ont tenu 10 ans avant de se percer

Alain a dit…

Très curieux en effet cet engouement pour le fil consacré aux TONIA

Nicole DUFRESNE Toury a dit…

J'ai encore mes TONIA rouges

Lubbock light a dit…

Bonsoir,
Nicole dit avoir encore ses Tonia rouges. Je ne sais pas pourquoi, mais quelque part ça me réjouit. C'est une preuve en tout cas, pour les sceptiques, que les bottes Tonia ne sont pas des bottes de pluie comme les autres.

Chris a dit…

@ Al, la boutique s'appelle MERCI et se trouve boulevard Beaumarchais coté Marais (à Paris), c'est une boutique "concept store" où on y trouve du design bobo et du bio en tout genre, l'exposition Aigle consacrait la marque comme proche de la nature et des valeurs écolo... bref du commercial déguisé, je suis venu voir ce qu'ils présentaient, en pensant voir de vieux modèles. En fait ils mettaient en avant leurs modèles récents , l'histoire de la bottes "Malouine" (celle du marin), parlait du caoutchouc et des matières naturelles... bref j'ai retrouvé juste un lien http://www.doitinparis.com/fr/news/culture/expositions-merci-aigle-6064
Pas de photos, pas de grand intérêt.
Ils avaient édité à cette occasion une botte noire variante de la Chantebelle, avec une matière granuleuse sur la tige, un petit ruban cuir à l'arrière, et la botte coutait 2xplus que son modèle ordinaire.

Chris a dit…

Il y a de jolies photos d'une charmante jeune actrice qui porte des Tonias rouge sur ce site, et pas ce commentaires...
Ce film nous montre l'intérêt toujours vivant pour les Tonia. Pourquoi les avoir ressortie du placard ? Pourquoi l'actrice semble s'amuser à porter ces bottes, pendant plusieurs scènes du film ?

Chris a dit…

pour compléter, je parle des photos du film "La vie au ranch" qui ont été publiées sur le blog il y a quelques semaines.. Les Tonia rouge semblent magnifiquement conservées.

amadeus a dit…

@ Anonyme
je suis sur "copains d'avant" comment trouver des photos de filles en TONIA il y a peut être des milliers d'adhérents à ce site autant chercher une aiguille dans une meule de foin!

Danielle a dit…

Arno, ton fil sur les TONIA a un certain succès .Il y a des pages et des pages de souvenirs et d'anecdotes
J'aimerais bien que des dames prennent leur courage à 2 mains et postent aussi des commentaires .Celà ferait un complément .

Chris a dit…

Bien d'accord avec Danielle, les témoignages sont bienvenus, surtout ceux des femmes qui les ont aimé et portées, et je pense que beaucoup aimeraient les partager.
Pour ma part je n'ai que des souvenir d'enfance, ma mère et ma tante en portaient, quelques filles au collège dans les années 70 mais assez rarement, ces bottes étaient plutôt pour les adultes il me semble.
Combien coûtaient des Tonias en 1970 ? Était-ce bon marché ? Comme les femmes portaient moin de pantalon que de nos jours, est ce qu'elles étaient aussi pour certains une alternative aux bottes en cuir plus chères, et u'elles imitaient par la forme, ou était-ce vraiment des bottes de pluie ... ? Ma mère , si je me souviens bien, les portait pour le coté pratique (courses, école...) , pas seulement les jours de pluie. Je me souviens qu'elle les avait achetées pour être dans la tendance , vers 1970-72.
Sur "copains d'abord" il y a des photos de groupe prises dans les écoles, petit format à l'écran, je n'ai pas trouvé comment les extraire. Beaucoup de filles portaient des bottes mais il est difficile d'identifier les Tonia.

Lubbock light a dit…

A l'attention de Amadeus et de Chris.
J'ai passé de longs moments à visionner des photos de classe sur Copain d'Avant. J'ai fini par limiter mes recherches aux années 1966 à 1976 et aux grandes classes. C'est un vrai travail de fourmis mais parfois on obtient de bons résultats. Dommage que le format des photos soit assez réduit.
Pour les photos les plus intéressantes, il faudrait ensuite demander le scan de la photo à la personne qui l'a publiée sur le site. Je n'ai pas osé...
Je suis prêt à vous communiquer le résultat de mes recherches. Contactez moi sur le site Flickr.
Lubbock Light.

Jean Robert a dit…

j'ai 62 ans et j'ai bien connu les TONIA .Beaucoup de filles de ma classe en portaient , principalement des rouges plus rarement des noires

amadeus a dit…

Bonjour Lubbock light

peux tu nous indiquer quelles classes faut il rechercher sur copains d'avant car je n'arrive pas à trouver des coordonnées sur Flickr.net

Lubbock light a dit…

Bonjour Amadeus,
Pour me joindre il faut entrer sur le site Flicker.com et entrer mon pseudo "Lubbock Light", puis effectuer un clic gauche et sélectionner "Membres". Ensuite ça devrait marcher. Sinon, je te donnerai une adresse e-Mail, mais j'ai peur ensuite d'être saturé de messages indésirables.

Pour ce qui est des photos : Je crois qu'il faut être vraiment fan pour y consacrer autant de temps !
Chaque photo est numérotée mais ce numéro ne permet plus de la retrouver dans le fichier de Copain d'Avant. Il faut donc faire des recherches par établissements scolaires et il y en a des milliers !...

Si l'on réfléchit bien il faut de surcroît que la photo soit prise un jour de pluie et que l'heureuse propriétaire des Tonia soit placée au premier rang, tout ceci sous entend bien sûr un lycée mixte ou de jeunes-filles... C'est décourageant !

J'ai néanmoins accompli une partie de ce travail et je suis disposé à en faire bénéficier celui que ça intéresse.

Pour ceux qui veulent chercher tout seul, l'expérience que je pense avoir acquise me permet de dire que les chances de "tomber" sur des Tonia sont plus grandes dans les établissements de la région Parisienne, de Bretagne, de la région Aquitaine et Toulousaine, du Nord également et surtout les années 1969 à 1971.

amadeus a dit…

Mon épouse âgée aujourd'hui de 63 ans a porté des TONIA rouges au lycée puis à l'Ecole Normale . Les jeunes filles dans les années 70 ne les portaient pas uniquement les jours de pluie mais aussi quand le temps était "incertain" .Retrospectivement , je me souviens que mon épouse et ces jeunes filles les portaient souvent pieds nus

amadeus a dit…

@ lubbock light mon email patboisgard@gmail.com pas motyen de te joindre par fickr Sans adhésion

Chris a dit…

@ Lubbock light
les photos sont en petit format et il n'est pas une peu difficile d'être certain que ce sont des Tonia ?
J'essaye bientôt de te contacter sur flrck

Lubbock light a dit…

Nécessaire fait auprès d'Amadeus.

Au sujet des Tonia :
Je mourrais d'envie de voir ma femme porter des Tonia. Je n'osais pas trop l'embêter avec ça et elle se montrait peu pressée de faire la démarche d'achat. Un jour, me trouvant en déplacement à Béziers, j'ai vu des Tonia rouges exposées dans la vitrine d'un magasin. C'était en 1979. Mon épouse n'était pas avec moi mais n'y tenant plus, je suis entré dans le commerce et je lui en ai acheté une paire, la dernière d'après le vendeur et justement à sa pointure.
Elles m'ont couté, je m'en souviens fort bien, 78 Francs soit environs 12 Euros ! C'est vrai que la vie n'était pas si chère...

amadeus a dit…

Tes photos confirment ce que je répète depuis des lustres ; à savoir les TONIA ne peuvent ressortir sans une remise à niveau du modèle en matière de tige. Les TONIA n'avaient que 37,5 cm de hauteur de tige ce qui est insuffisant compte tenu de la grandeur des jeunes filles d'aujourd'hui . 44cm serait un bon compromis

Nicole Dufresne a dit…

Mes bottes TONIA rouges sont toujours en bon état , malgré leur âge

Chris a dit…

@Lubbock Light , ton épouse les as beaucoup portées ? 1979 , Aigle avait déjà remplacé les Tonia par le modèle Elysée il me semble.. Je me souviens des Elysée, la semelle était moins fine, talon un peu plus large, caoutchouc un peu plus épais et tige un peu moins haute...dommage car avec une tige haute je pense qu'elles étaient parfaites.

Chris a dit…

@ Amadeus, j'ignore si la hauteur de tige était proportionnelle à la pointure. Mais effectivement commes elles chaussaient petit il faudrait aujourd'hui avoir couramment des pointures 39,40 ou 41 pour les jeunes femmes aujourd'hui, ce qui était plutôt rare dans les années 70, et avec une hauteur proportionnelle.
@ Nicole, si les Tonia étaient stockées dans de bonnes conditions, à l'abri de la lumière et pas pliées, elles duraient longtemps, le caoutchouc était de qualité, mais elles perdaient de leur brillant avec l'usage et les nettoyages à l'éponge.

Lubbock lighht a dit…

@ Chris,
Pour répondre à ta question : Non, mon épouse ne les portait pratiquement qu'en intérieur, pour me faire plaisir. Elle savait que de les voir s'user et s'abimer m'aurait contrarié. Elles sont toujours aujourd'hui en très bon état. Juste peut-être un peu moins brillantes.

Au sujet des Tonia, elles me semblent avoir été commercialisées en 1967. Elles portait alors un petit galon strié tout autour de la semelle qui renforçait le lien avec le dessus de l'empeigne. La semelle rappelait celle des bottes classiques de l'époque, certes non déplaisante à mon goût mais assez "brut de moulage". Entre le talon et la semelle dépassait bien souvent un brin de corde caoutchouté. Je n'ai jamais su qu'elle était son utilité...
Ensuite, peut-être au début des années soixante-dix, le galon a disparu et la semelle s'est affinée. C'est à mon avis vers les années 76/78 que les "Élysée" ont progressivement remplacé les Tonia. On trouvait les deux modèles en 1978 dans tous les points de vente Manufrance.

amadeus a dit…

les TONIA étaient aussi en vente sur le catalogue CAMIF bien des années après l'arrêt de leur fabrication. C'est comme celà que pas mal d'institutrices les ont achetées dont mon épouse.

Lubbock light a dit…

A propos de la hauteur des Tonia :
J’ai eu l’opportunité de faire des mesures sur 7 paires de bottes Tonia à savoir :
2 paires en 41 (1ère série)
1 paire en 37 (2ème série)
1 paire en 36 (1ère série)
2 paires en 36 (2ème série)
1 paire en 35 (1ère série)

La 1ère série possédait un galon strié autour de la semelle.
Sur la 2ème série, ce galon avait disparu et le dessin de la semelle était plus élaboré.

La hauteur totale de la botte étant égale à la hauteur de la tige + celle du talon.

1ère constatation :
Tous les talons mesurés sur la 1ère série font 28 mm de hauteur. Aussi bien sur les Tonia en 41 que sur celles en 36 ou en 35. Cette hauteur du talon passe à 32 mm sur les Tonia 2ème série mesurées en 36 et en 37.

2ème constatation :
La hauteur de la tige proprement dite (hauteur totale au sol – hauteur du talon), varie de 38 cm en 41 à 35 à 36 cm pour les petites pointures. 2 à 3 cm d’écart c’est très peu et compte tenu de la différence de longueur de semelle liée à la pointure, la botte Tonia en 36 parait nettement plus haute que celle en 41.

Prudence tout de même avant d’extrapoler, ces constatations ne portent que sur sept paires de bottes.

Chris a dit…

@ Lubbock Light
Tu as l'air de bien connaître les Tonias je vais donc me permettre de te poser quelques questions précises: à quelles dates correspondent les séries 1 et 2 ? Celles avec des semelles à motif petites pointes de diamant étaient-ce bien des séries 1 alors ? Est-ce qu'il y a une différence de doublure entre les deux séries ?

Lubbock light a dit…

Bonjour Chris,
Détrompe toi, je suis loin de tout connaître sur les Tonia. Je ne suis qu'un simple admirateur. Un admirateur qui aimerait qu'un jour - on peut toujours rêver - grâce à ce formidable outil qu'est Internet, un ou une styliste en chaussure vienne nous dire : "Eh bien voilà... les Tonia, c'est moi !" Car il y a bien quelqu'un chez Hutchinson qui les a dessinées ! Certes, cette personne n'a pas transformé le monde mais elle a participé à sa modeste mesure, à le rendre plus attrayant en éclairant nos jours de pluie.

Pour ce qui est des questions que tu me poses, c'est moi qui fait état de série 1 et de série 2. J'ignore comment Aigle a dénommé cette transformation.
A mon avis, mais je n'engage que moi, la série 1 est sortie en 1967... peut-être même fin 1966.
La semelle à motif "petites pointes de diamant" la caractérisait ainsi d'ailleurs que le talon lisse et brillant. On la reconnaissait surtout au premier coup d’œil par le galon qui entourait la semelle, assurant la solidité de la liaison avec l'empeigne. Ce galon, ainsi d'ailleurs que la semelle, était toujours noir contrairement à la plupart des bottes de pluie où la semelle prenait la couleur de la botte. C'était selon moi un atout esthétique majeur. Enfin la semelle de la série 2 était beaucoup plus élaborée. Le dessin d'adhérence plus fin était également reproduit sur le talon qui du coup n'était plus lisse.

Je ne connais pas la date de sortie de la série 2. Je dirais comme ça, 1974/75. Mais rien de sûr. Je n'ai pas remarqué de différences dans la doublure.

Chris a dit…

@ Lubbock Light , donc sur la série 2 par de galon autour de la semelle ? Pour moi l'esthétique des Tonia est leur point fort, mais pour les avoir portées quand j'étais jeune ado (celle que m'a tante m'avait léguées, des marron série 1) je trouvais la semelle trop fine, on sentais tous les reliefs, le moindre caillou. C'était le bémol. Pour le reste la botte était très souple , la doublure très douce et agréable je l'adorais. Comparé à des BDC çà n'a rien à voir, la Tonia est une BDP urbaine et fine

Anonyme a dit…

Je suis une ancienne utilisatrice nostalgique des bottes de caoutchouc Tonia. Pour moi ces bottes avaient un rapport qualité/prix imbattable d'où leur succès à l'époque. Elles avaient beaucoup de qualité entre autres elles étaient élégantes, souples, confortables, faciles d'entretien.Elles ont été mes fidèles compagnes pendant de nombreuses années.

@ Nicole
Pour quel usage utilisez-vous ou avez-vous utlisées vos bottes de caoutchouc Tonia ? Avez-vous porté vos bottes Tonia pieds nus ? Vous est-il arrivée d'avoir de l'eau dans vos bottes Tonia ?

Béa a dit…

J'ai découvert les bottes de caoutchouc Tonia pendant une inondation. C'est ma patronne qui me les avait achetées pour que je puisse quand même venir travailler chez elle malgré les inondations.

Nicole a dit…

je porte mes TONIA les jours de grosses pluies pour aller au travail à la Mairie où je suis employée. L'été celà m'arrive assez souvent de les porter en effet pieds nus car la doublure est très douce et elle se quittent assez facilement à condition de ne pas avoir de gros mollets .Jusqu'à présent je n'ai jamais eu d'eau dans mes bottes TONIA.Je les entretiens avec un mélange de glycérine et d'eau chaude.Comme celà elle ont conservé tout leur brillant .

Lubbock light a dit…

Je me réjouis du témoignage de Nicole.
C'est formidable de savoir que plus de 35 ans après la cessation de leur fabrication, des Tonia courent encore sur les trottoirs par temps de pluie!

C'est un peu comme dans ce film de 2010, "La vie au ranch" où une jeune actrice chausse des Tonia rouges sorties je ne sais d'où et si merveilleusement conservées...

Colette a dit…

Bonjour , j'ai eu connaissance de votre site par une amie.Je ne savais pas qu'il existait un fan's club des TONIA;
je les ai portées quand j'avais 20 ans , des rouges vifs , elles étaient très souples , la talon était étroit et chaussaient petit , il fallait impétativement prendre la pointure au dessus. Plus tard j'ai utilisé les Elysées bleu nuit car on ne trouvait plus de TONIA ;a taille de tige était plus basse mais le caoutchouc plus épais .Je les porte encore.Ces bottes de pluie étaient remarquables , je ne comprends pas que AIGLE ne souhaite pas les refabriquer .Je pense qu'il faudrait relancer la mode des bottes de pluie "urbaine" plutôt que les bottes de cheval que je trouve peu esthétiques

Jean François a dit…

j'ai connu une jeune fille qui travaillait en usine en 1972 à Vierzon , les jours de pluie elle portait des TONIA rouges , je fantasmais terriblement sur ses bottes d'autant plus que nous les avions achetées ensemble pourtant , je ne l'ai pas épousée

Lubbock light a dit…

@ Jean-François:
Je la trouve bien triste ton histoire... un peu comme un conte de fée qui finit mal...

Jean Louis François a dit…

Quand j'étais étudiant à POITIERS en 1972 , je croisais les jours de pluie plein de jeunes mamans en bottes TONIA qui allaient chercher les marmots à l'école .Epoque bénie qu'on ne reverra sans doute plus !!!

Anonyme a dit…

@Nicole
Comme vous j'utilisais mes bottes Tonia en ville les jours de pluie et de neige. Je les mettais aussi pour aller à la pêche bien qu'elles n'étaient pas faites pour cet usage.Ca m'arrivait aussi de porter mes bottes Tonia pieds nus.A la pêche ça m'est arrivée plusieurs fois d'avoir de l'eau dans mes bottes Tonia plus ou moins volontairement.

@Colette
Je suis d'accord avec vous que les bottes de pluie Tonia étaient remarquables.
Pour quel(s)usage(s)avez-vous utilisées vos bottes de caoutchouc Tonia ? Avez-vous porté vos bottes Tonia pieds nus ? Vous est-il arrivée d'avoir de l'eau dans vos bottes Tonia ? Comment ont fini vos bottes Tonia ?

Colette a dit…

Je portais mes TONIA uniquement pour aller au travail au Crédit Lyonnais à Chinon les jours de fortes averses mais je les quittais pour travailler car à l'époque c'était mal vu de porter des bottes quand on était en contact avec la clientèle. A Chinon pas mal de femmes portaient ces bottes même en l'absence de pluie .C'était la tenue sport "standart" des années 70 et il y avait encore peu de femmes en pantalons.
Pour répondre à Anonyme je n'ai jamais eu d'eau dans mes bottes .Pour ce qui est de l'usage courant il m'arrivait en effet de les porter pieds nus au printemps et en automne . A cet égard je regrette vraiment que personne en particulier les magazines de mode ne relance la botte de pluie comme dans les années 70

Fabienne a dit…

@Nicole
Nicole a raison il ne fallait pas avoir de gros mollets pour pouvoir enfiler et quitter les bottes Tonia facilement. J'ai vu des femmes qui repliaient le haut de leurs bottes Tonia.

@Colette
Effectivement elles chaussaient petit, il fallait avoir les pieds fins. Je l'ai avais achetées avec une pointure en plus pour pouvoir les quitter plus facilement quand je les portais pieds nus. L'été j'avais un peu les pieds moites à cause de la transpiration.

@Colette et Nicole
Si ce n'est pas indiscret vous transpiriez dans vos bottes Tonia quand vous les portirez pieds nus ?

Colette a dit…

@ Fabienne
oui je transpirais beaucoup dans les TONIA mais je les portais rarement une journée entière; seulement le trajet domicile -bureau , mais je n'avais pas de problème pour les quitter même si je les avais portées pieds nus.Je présume que beaucoup de femmes les portaient ainsi lorsque la température le permettait car la doublure était très douce.

Lubbock light a dit…

@ Nicole, Colette, Fabienne et anonyme,
Si ma question ne vous parait pas trop indiscrète, aviez vous parfois le sentiment voire même carrément la certitude que le port de vos bottes caoutchouc Tonia pouvait parfois troubler le regard de certains hommes ou femmes que vous côtoyiez ou même que vous croisiez simplement dans la rue ?

Fabienne a dit…

@Lubbock light
A dire vrai je ne me suis jamais vraiment posée la question. A cette époque il y avait beaucoup de femmes qui portaient des bottes de caoutchouc Tonia.Certainement que quand je portais mes bottes Tonia j'ai pu parfois troubler le regard de certains hommes mais c'était le dernier de mes soucis.Il faut dire qu'à l'époque j'étais jeune et insouciante. Je sais que certains hommes sont fétichistes des bottes de caoutchouc mais tant que cela se limite à un regard ce n'est pas grave.

Fabienne a dit…

@Colette
Je partage votre avis concernant le port des Tonia pieds nus. La doublure était très douce et procurait une sensation de bien être en contact direct avec le pied.
Je vous remercie de m'avoir répondu franchement concernant la transpiration. C'est un phénomène normal dans les bottes de caoutchouc mais beaucoup de femmes hésitent à en parler.
Si ce n'est pas indiscret cela laissait-il une forte odeur à l'intérieur de vos Tonia ? Et cela laissait-il des traces sur la doublure de vos Tonia ?

Marcelle a dit…

J'avais 20 ans en 1970 et les bottes de caoutchouc TONIA était le symbole d'une mode féminine , d'une affirmation de soi comme le sont les "Converse" aujourd'hui . Mes premières TONIA noires, c'est avec l'argent de mes parents que je les ai achetées.Je n'ai jamais rencontré de regards concupiscents vis à vis de mes TONIA que je portais toujours en jupes, jamais en pantalons .De plus les femmes étaient rarement en pantalons à l'époque . Pour répondre à la question posée , il m'arrivait également de les porter pieds nus.

Anonyme a dit…

@Lubbock light
J'ai la certitude que le port de mes bottes de caoutchouc Tonia pouvait parfois troubler le regard de certains hommes. Je pourrai vous citer plein d'exemples à ce sujet.Je vous fait part des deux anecdotes les plus marquantes.
Une fois à la pêche un homme m'a suivie et observée tout un après-midi. Du début quand j'ai enfilé mes bottes de caoutchouc Tonia jusqu'à la fin quand je les ai quittées.Heureusement que je n'étais pas seule sinon je n'aurais pas été très rassurée. Mais cela m'a quand même un peu agacée de me sentir observée.
D'autres fois au travail quand je portais mes bottes de caoutchouc Tonia. Un de mes collègues passait souvent devant mon bureau et me suivait dans les couloirs pour observer mes bottes. Les autres jours je ne le voyais pas.

Béa a dit…

J'ai eu mes bottes Tonia en 1977. Si j'ai bien compris c'était la fin de ce modèle de bottes. J'ai eu la chance d'en avoir une paire grâce, si je puis dire, aux inondations.Avec ces bottes j'étais toute fière de braver les inondations.Elles étaient bien hautes mais malgré tout un matin l'eau est quand même passée par dessus. Je suis arrivée chez ma patronne avec mes bottes pleines d'eau.Elle était désolée. La doublure des bottes a été longue à sécher.
Je n'ai jamais trouvé d'autres bottes équivalentes au Tonia. Même les bottes Aigle "Venise" ne les valent pas.

amadeus a dit…

Les bottes TONIA ont été remplacées par les ELYSEES au talon plus large , à la tige légèrement plus basse et au caoutchouc plus épais. L'allure générale des TONIA était cependant conservée.
Pour en revenir aux "fantasmes" sur les TONIA , j'aimerais bien que "anonyme" nous dise de quelle couleur étaient ses TONIA?
Quand j'ai connu mon épouse , elle portait des TONIA rouge vif comme pas mal de ses copines d'Ecole Normale . Il faut avouer que j'ai "flashé" sur ses bottes rouges car elles tenaient une forte charge émotionnelle. J'aimerais avoir un avis féminin à ce sujet.

Colette a dit…

Petite question à "anonyme"
N'y a t'il pas une part de "fantasme" dans vos anecdotes en ce sens que j'ai travaillé dans une agence bancaire en milieu rural et jamais mes collègues masculins n'ont fait la moindre remarque sur mes bottes TONIA et je ne me souviens pas non plus d'avoir subi des regards équivoques lorsque je les quittais au bureau

Lubbock light a dit…

@ Colette.
Je ne pense pas du tout qu'"anonyme" fantasme un peu dans ses anecdotes. Je la crois car je sais qu'il y a des hommes qui peuvent être extrêmement perturbés par la vue d'une femme bottée de caoutchouc. De surcroit il y a des bottes -les Tonia en particulier - et des couleurs, le rouge, le noir, à fortes charges émotionnelles, comme le dit si bien Amadeus. A quoi bon le nier, je fais parti de ses hommes là. C'est comme ça chez moi depuis ma plus tendre enfance. Je ne sais pas pourquoi. Néanmoins, loin de moi l'idée d'aller importuner quiconque. D'ailleurs j'ai horreur du voyeurisme.
Alors dans les années soixante-dix, lorsque je croisais une jeune-femme en belles bottes Tonia brillantes, j'étais contrarié car immanquablement, je les imaginais aux pieds de mon épouse...

Amadeus a dit…

Avis entièrement partagé Lubbock light c'est le fait que ma compagne porte des bottes rouges TONIA qui m'a incité à l'aborder et à vivre avec elle

Colette a dit…

@ Fabienne
mes bottes dégageait une certaine odeur quand je les quittais , mélalge de sueur , de moiteur et de caoutchouc.Je n'ai jamais osé utiliser du talc dans mes bottes come certaines amies le faisaient à cause des risques de maladies dermatologiques. Le coton jersey de la doublure était en effet long à sécher lorque je les portais pieds nus .Il n'en demeure pas moins qu'elles étaient très agréables et que AIGLE avec ce modèle n'a jamais fait si bien depuis.L'attitude du Staff de AIGLE à cet égard est incompréhensible ! Quand un modèle plait on le continue ; voyez les Porsche et les Mini Cooper !!

Lubbock light a dit…

Je suis entièrement d'accord avec Colette : Quand un modèle plait on le continue. Seulement voilà, nous sommes en France et en France depuis plusieurs années, pour ne pas dire décennies, on a l'impression qu'on marche sur la tête. Tant et si bien que pour le cas de Aigle par exemple, la firme me parait actuellement plus soucieuse des performances réalisées par sa ligne de vêtements plutôt que par celles de la vente de ses bottes en caoutchouc qui pourtant en avaient fait la renommée mondiale.

Ce qui me laisse penser que les Tonia ne les intéressent pas. La botte Miss Juliette dans la lignée des Tonia, c'est selon moi une plaisanterie !

Les Finlandais ne font pas de bruit mais ils semblent bien avoir compris le problème en relançant la fabrication et la commercialisation des mythiques over knee rubber boots. Alors ne désespérons pas, peut-être bien qu'un jour les Tonia referont leur apparition quelque part en Europe ou en Asie...

Amadeus a dit…

La firme française angevine NE ONLY possède dans son catalogue une botte de pluie en tous poinsts semblables aux TONIA, malheureusement la doublure n'est pas en coton mais en nylon et elle est disponible uniquement en couleur bleu nuit , taupe et noir ,de plus, il me semble elle moule moins la jambe que la TONIA ( voir le site SARENZA.com rubrique bottes de pluie ( ils ont toutes la game

Marcelle a dit…

Un des énormes avantages des TONIA en plus de leur prix était leur extraordinaire souplesse due à la finesse du latex employé en 1970 .On n'a jamais retrouvé l'équivalent aujourd'hui. C'était un réel plaisir de les avoir aux pieds Même sans collants ou chaussettes pas de risques d'ampoules ou de brulures , ce qui n'est pas le cas avec les BDC actuelles comme les "Starts"

Amadeus a dit…

J"ai fait une faute de frappe il s'agit de la marque"BE ONLY" dont le siège est à ANGERS
NB Le caoutchouc des BE ONLY imitation des TONIA est plus épais que celui des TONIA . Il convenait de le préciser.

Alain a dit…

Est ce que Anonyme pourrais se souvenir de la couleur de ses TONIA lorsqu'elle fut victime d'un "voyeur récalcitrant"
Je la comprends c'est désagréable , il y a d'autres façons plus élégantes d'aborder une jolie femme

Anonyme a dit…

@amadeus
Mes bottes Tonia étaient noires.
Je pense que c'était plutôt la matière (caoutchouc) et l'aspect (brillant) que la couleur qui faisaient que les hommes flashaient sur les Tonia.

@Colette
Je comprends votre réaction et votre étonnement à la lecture de mes ancdotes.Je peux vous affirmer qu'il n'y a pas de part de "fantasme" dans mes anecdotes. Ce sont des faits réels vécus.
Peut-être qu'en milieu rural le port de bottes de caoutchouc était plus courant et fréquent qu'en ville et que les hommes étaient plus habitués à voir des femmes en porter qu'en ville. Peut-être aussi que les regards de vos collègues masculins étaient discrets et que vous n'avez rien remarqué.
Aviez-vous des collègues féminines qui portaient aussi des bottes Tonia ? Où laissiez-vous vos bottes Tonia après les avoir quittées au bureau ?

Colette a dit…

Je quittais mes bottes au bureau de la Banque où je travaillais à Chinon et je les remisais dans un placard . A cette époque c'était mal vu de porter des bottes au bureau quand on était en contact avec la clientèle , même en milieu rural.Depuis les choses ont bien changé. Si ma mèmoire est bonne d'autres collègues de bureau portaient également des TONIA les jours de pluie.A Chinon il y avait même une droguerie qui en vendait c'est dire le succès de ces bottes.

Fabienne a dit…

@Colette , Lubbock light et amadeus
Je rejoins vos points de vue. Pourquoi arrêter la fabrication et la vente des bottes Tonia qui avaient un tel succès auprès des femmes. Les français sont réputés pour être de mauvais commerciaux. Je ne comprends pas la stratégie commerciale de Aigle. En tout cas ce n'est pas avec les bottes Miss Juliette que Aigle va relancer la vente de ses bottes de caoutchouc.
Pour reprendre une formule bien connue les bottes Tonia ont été souvent imitées mais jamais. égalées.

@Colette
Moi non plus je n'ai jamais osé utiliser du talc dans mes bottes Tonia. Quand elles étaient humides à l'intérieur je les laissait sécher naturellement.Mais il valait mieux avoir une doublure en coton jersey qu'en nylon pour le confort.
Vous est-il arrivée de rechausser vos bottes Tonia encore humides à l'intérieur ?
Vos amies portaient-elles aussi leurs bottes Tonia pieds nus ?

Colette a dit…

Re bonjour Fabienne

le seul inconvénient des TONIA, c'est que par temps humide , la doublure coton était assez longue à sécher
il m'est arrivé de les remettre alors qu'elles n'étaient pas totalement sèches . En général , une nuit était nécessaire.
Au Crédit Lyonnais en 1970 , la plupart des utilisatrices des TONIA portaient des noires car celà faisait plus "habillé" que les rouges ou les bleues qui étaient plutôt portées par les très jeunes filles et les lycéennes.

Je pense que d'autres collègues les portaient fréquemment pieds nus car c'était la mode à l'époque comme les baskets aujourd'hui .
Pour en revenir à la statégie commerciale de AIGLE je pense qu'une succession de courriers ou mails peut les faire réfléchir et les amener à réviser leur position.

Alain Bressuire a dit…

J'étais au lycée à ANGERS lorsque la mode des TONIA est apparue .D'abord ce fut quelques filles puis le phénomène a pris de l'ampleur .Il y en avait de toutes les couleurs : des beiges , des bleues , des rouges etc , etc . heureuse époque , les filles n'étaient pas encore toutes en pantalons.

Lubbock light a dit…

Comme je regrette d'avoir quelques années de trop. J'ai quitté mon lycée en 1967. Une époque et un lycée rigide où la mixité était encore impensable. Les filles en Tonia auraient peut-être tout chamboulé dans ma vie... même si la mienne fut très heureuse.

godin anatole a dit…

A la Recette des Finances de CHOLET il y avait en 1972 , une jeune martiniquaise qui portait aussi des TONIA noires les jours de pluie

Fabienne a dit…

@Colette
Je suis d'accord avec vos remarques concernant les différentes couleurs des bottes Tonia. Les miennes étaient bleues car j'adore cette couleur.
J'ai utilisées mes Tonia pendant plusieurs années mais hélas un jour en les quittant une de mes bottes s'est déchirée derrière au niveau de la cheville.
Comment ont fini vos bottes Tonia ? Ce sont-elles déchirées ou percées ?

Concernant la stratégie commerciale de Aigle je pense qu'il sera très difficile de les faire réfléchir et de les amener à réviser leur position. Comme dit l'adage populaire il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

Jean-Bernard a dit…

J'étais en troisième au lycée quand la mode des Tonia est apparue. Dans ma classe il y avait trois filles qui en portaient. Deux les mettaient les jours de pluie mais la troisième les avait presque tout le temps. Ca lui arrivait de les quitter pendant les cours. Elle était pieds nus dedans.

Jean-Bernard a dit…

Je me souviens aussi d'une fille qui devait être en terminale. Elle venait en mobylette et les jours de pluie elle portait des bottes de caoutchouc Tonia noires et une cape de cycliste imperméable.Elle était toujours en jupe.

Colette a dit…

mes TONIA se sont percées au niveau du gros orteil et au niveau de la cheville le caoutchouc est devenu poreux

Lubbock light a dit…

A ma connaissance, les bottes Tonia ne portaient pas de numéro de série de fabrication.

Un numéro imprimé sur le devant de la doublure de la tige est apparu sur le modèle Elysée qui les a remplacées. Celles conservées de mon épouse portent par exemple le numéro 836.413.

Le modèle Précatalan fabriqué pour Aigle en Tchécoslovaquie à partir des années 1980 et qui a remplacé Elysée, porte également un numéro. Un numéro à 7 chiffres commençant par 1 0.. ... ou 1 1.. ...

Est-ce que quelqu'un connait la signification de ces numéros ?

Lubbock light a dit…

@ Fabienne et Colette.
Le talon d'Achille de toutes les bottes en caoutchouc - et les Tonia quoique plus résistantes, n'y dérogent pas - c'est la cheville. Plus exactement la jointure entre la tige et le renfort de talon. C'est là qu'en marchant la botte se plisse sans cesse. Avec le temps, le caoutchouc finit par perdre de son élasticité et se fissure.

Pour en avoir collectionné quelques paires, je dirais même que bien à l'abri dans leur boîte, le caoutchouc finit bien souvent par s'altérer à cet endroit. Ça commence insidieusement par des micro-fissures dans les zones où la matière a le plus travaillé. Le caoutchouc devient mat et rugueux. Il n'y a rien à faire. Le caoutchouc a une durée de vie et les Tonia n'ont pas été conçues pour durer quarante ans !

Colette a dit…

elles se sont percées au bout du pied , sont devenues mat puis le talon a laché

Lubbock light a dit…

@ Colette
Effectivement le dessus du pied au niveau du gros orteil était également une zone d'usure prématurée que l'on rencontrait particulièrement sur les Tonia qui ne possédaient pas de renfort d'empeigne à cet endroit, contrairement à beaucoup d'autres modèles.

A ce sujet, je me souviens d'avoir croisé un jour sur le quai de la gare de Nîmes, une jeune femme qui portait des Tonia rouges.
Ses orteils avaient tellement déformé le dessus de la botte qu'on les devinait aisément gravés en relief sur le caoutchouc!

amadeus a dit…

Le numéro qui figure sur les ELYSEES de mon épouse , à l'intérieur de la tige est 843413

Fabienne a dit…

Les bottes Tonia étaient très souples et se plissaient facilement. J'avais acheté un support qui permettait de suspendre mes Tonia à l'envers ouverture vers le bas. Dans cette position la tige restait bien droite. A la fin la doublure de mes Tonia était complètement usée au niveau du talon et de la cheville. Mes pieds étaient directement en contact avec le caoutchouc.

Colette a dit…

Est ce que Fabienne ,Nicole , Marcelle et l'une des anonymes peuvent nous dire si elles ont utilisé d'autres bottes de caoutchouc après la fin des TONIA ?

Fabienne a dit…

@Colette
J'ai utilisé d'autres bottes de caoutchouc après les Tonia.
J'ai eu une paire de bottes Aigle Précatelan et actuellement j'ai une paire de bottes Aigle Venise.
J'ai aussi une paire de cuissardes de caoutchouc de la marque Le Chameau.

Anonyme a dit…

@Colette
Une de mes bottes Tonia s'est percée au niveau du pouce.
J'ai eu une autre paire de bottes de caoutchouc après les Tonia que j'ai toujours. Ce sont des bottes Aigle mais je ne connais pas le modèle. Ce sont ni des Elysées, ni des Précatelan. Je l'es ai toujours.

Marcelle a dit…

@ colette Après les TONIA j'ai eu des AIGLE "starts" mais j'ai été des années sans porter de bottes de caoutchouc parce que je n'en trouvais plus à mon goût sauf peut être des "le Chameau " mais elles faisaient trop "campagne"

Suzanne a dit…

Moi aussi j'ai porté des TONIA en 1970 . c'étaient les bottes dont les jeunes filles raffolaient .

Suzanne a dit…

Dans les années 70 , il y avait un pub pour MIKO au cinéma .
Dans le film publicitaire on voyait une jeune fille qui rentrait dans la salle de cinéma avec aux pieds des TONIA rouges vifs

c'est comme celà que j'ai choisi les miennes : rouge écarlate car les noires , les bleues ou les vert -bronze me plaisaient moins
En plus en rouge , elles plaisaient bien aux garçons !!!

Lubbock light a dit…

@ Amadeus
Apparemment, les trois derniers numéros d'identification des bottes Elysée de nos épouses sont les mêmes : 413. C'est donc dans les trois premiers numéros qu'il doit être intéressant de creuser... 843 et 836 : Nous sommes guère plus avancés !
Celles de ma femme sont noires et achetées à Toulouse en décembre 1981...

amadeus a dit…

Celle de mon épouse sont marrons et ont été achetées à ORLEANS en 1981 !
j'aurais dû acheter les bleues
les noires il n'y en avait hélas plus

Lubbock light a dit…

Avant de découvrir ce site, je pensais sincèrement que les bottes en caoutchouc Tonia n’intéressaient que les vieux nostalgiques d’une époque révolue ; essentiellement des hommes d’âge mûr qui avaient « flashé » sur ces bottes particulièrement élégantes en raison de leur tendance fétichiste plus ou moins affirmée.

Aujourd’hui je m’aperçois avec surprise que ces bottes suscitent avant tout un réel engouement pour celles qui les ont portées. Suzanne déclare par exemple, que « les filles en raffolaient ». Marcelle nous confie être restée des années après les Tonia sans porter de bottes en caoutchouc « parce que n’en trouvant point à son goût ». Toutes font des éloges sur leur souplesse et la douceur de leur doublure.

Ces constatations pertinentes d’utilisatrices semblent contredire les arguments de certains défaitistes qui doutent du succès d’une éventuelle reprise de fabrication pour des raisons de progrès réalisés dans les domaines de l’ergonomie et du confort. Personnellement je doute qu’une botte « Venise » à la semelle certes ergonomique mais à l’esthétique discutable, soit en fin de compte plus confortable qu’une irremplaçable Tonia, mais c’est à celles qui les portent de nous le dire.

Amadeus a dit…

J'avais eu au téléphone Mle EMILIE FORRAZ en 2009 chef de projet chez AIGLE ( HEC MONTREAL ) elle m'avait assuré à l'époque que la sortie des TONIA pour l'anniversaire de la marque était imminente ( voir la chronique sur le site BDC69 skyrock )
depuis plus rien EMILIE est partie chez DPM ( du pareil au même )et a été remplacée par M FREDERIC ANDREqui n'est pas très "chaud" pour ressortir les TONIA .
Pour faire bref , le projet existe mais la dialectique est la suivante : comment ressortir un modèle ayant fait ses preuves comme les TONIA sans "fusiller" des modèles existant comme "miss juliette" dont personne ne veut ?
D'autre part les TONIA ne sont pas connues des jeunes femmes , seules des quinquagénaires ou sexagénaires les ont portées , je comprends dès lors le scepticisme de FREDERIC quant à ce projet qui doit les faire hésiter

Anonyme a dit…

@ Suzanne
Sans être indiscret , comment avez vous connu les TONIA , SUZANNE les portiez vous au Lycée , pour le travail ? pour les loisirs ? Est ce que votre mère en portait

Suzanne a dit…

J'ai porté des bottes TONIA au Lycée à Chateaudun .Je ne les avais pas achetées dans un magasin de chaussures mais dans une boutique spécialisée dans les articles en mousse en en caoutchouc située dans le centre de Chateaudun . Je les ai gardé jusqu'à mon premier emploi d'agent hospitalier . Ma mère n'en portait pas mais ma soeur en avait . C'était les bottes les plus pratiques et les plus économiques qu'il y avait en 1970 .

Chris a dit…

Bonjour à tous
Beaucoup de commentaires sur cet espace Tonia, c'est formidable, et des témoignages.
N'ayant vécu cette période 1970-1980 qu'en tant qu'enfant et ado, je comprends maintenant que les Tonia étaient portées au quotidien par les jeunes femmes comme des bottes économiques et pratiques , et donc très à la mode, un peu comme les jeunes portent actuellement des baskets Converses (pas si bon marché)? je ne sais pas si le parrallèle est vraiment juste. Est-ce que beaucoup defilles les portaient vraiment au quotidien, pluie ou pas, pour le coté "sport" et pratique, étant donné que l'on transpire dans ce type de chaussures ?
Ma mère en possédait, couleur beige écru, je me souviens qu'elle les avait achetées pour suivre la tendance de la mode (ce qu'elle nous avait dit), et les portait pour aller faire des courses ou venir nous chercher à l'école, elle les portait avec jupe et collants autant que je me souvienne...essentiellement quand il pleuvait. Je n'oserais pas aujourd'hui lui poser la question si elle les portait aussi pieds nus, mais je pense que non.

Amadeus a dit…

@ Chris

justement si , Chris les femmes portaient les TONIA même en dehors des jours de pluie simplement lorque le temps était "incertain" .Par contre je ne me souviens pas d'avoir rencontré des filles ou des femmes en TONIA en plein été .Par situation de pluie orageuse , c'était différent : les TONIA étaient de sortie!!

arno a dit…

Moi aussi j'étais enfant à cette époque. J'en ai même eu une paire marron achetée par mes parents. J'aurais préféré noires et ado je me suis rattrapé avec des bdc Aigle Oxer. Dans mon école beaucoup d'enfants en portait aussi, puis plus tard vers 1975 quelques élèves, beaucoup plus rarement, étaient en bdc.
La fille d'une amie de la famille portait des Tonia rouges comme après-ski pour aller au ciné le soir aux sports d'hiver. L'été je voyais quelques filles en Bretagne en Tonia et mini-jupe à carreaux.

Parmis cette génération née un peu avant la mienne, lesquelles d'entre vous sont passées aux bottes de cheval à la fin des années soixante-dix?

Lubbock light a dit…

J'avais à l'époque un pied à terre du côté de Langogne. En Lozère aussi les bottes Tonia étaient fort appréciées, même l'été car les matinées et les soirées étaient souvent fraîches. La plupart des jeunes-filles (et des femmes), chaussaient leurs Tonia pour aller aux champs. C'était d'ailleurs recommandé en raison des vipères. Chaque été j'étais donc assuré d'enrichir ma mémoire de pleins de souvenirs de filles en Tonia.

Une mode pourtant m'exaspérait: la pratique qui consistait à retourner le haut de la tige et le rabattre sur la botte, sans doute parce que les filles les chaussaient l'été et que la souplesse des Tonia le leur permettait !
Je pensais que ça devait forcément abîmer la tige ! Une fille du village avait carrément coupé la tige de ses Tonia rouges avec des ciseaux. C'était pour moi un sacrilège.

Alain a dit…

@ Chris

dommage que tu n'as pas osé demander à ta maman comment elle portait ses TONIA dans les années 60 - 70.
C'est vrai mes copines de Lycée les portaient souvent pieds nus même en Bretagne où les pluies durent plus longtemps qu'ailleurs

Amadeus a dit…

j'ai passé pas mal d'années en vacances en BRETAGNE -Pays de la Loire à LA BAULE avec mes parents .
Les TONIA rouges ou noires faisaient partie de la panoplie pour les jours de pluie .
Sacré époque , les jours de marché quand il avait plu , on en avait plein les yeux , les femmes d'âge mur comme les gamines avaient des TONIA aux pieds .
45 ans plus tard , je vais toujours à LA BAULE mais les TONIA on n'en voit plus guère , les BDC non plus d'ailleurs ; des Converses , rien que des Converse , la mode a changé , les jeunes comme les moins jeunes , tout le monde est en Converse ou en ballerines

Lubbock light a dit…

@ Amadeus.
Oui, c'est bien vrai ce que tu dis : Qu'il pleuve ou qu'il fasse beau, tout le monde est en Converse et tant pis si les filles se mouillent les pieds. A tel point que je me demande si à l'époque des Tonia, elles les chaussaient réellement pour se protéger de la pluie ou parce que c'était la mode. Une question à leur poser...

Chris a dit…

Autant je me souviens des Tonias, surtout les rouges, dans les rues, autant je ne me souviens pas du tout des BDC à cette époque. Au collège dans les années 70 je n'ai pas de souvenir de filles en Tonia, juste un copain de classe qui portait souvent ses bottes en caoutchouc noires sous le pantalon, pratiquement tous les jours, pas des Tonias mais un modèle à bout rond, je ne saurais dire aujourd'hui s'il s'agissait de Aigle. Je l'enviais de pouvoir ainsi porter ses bottes en caoutchouc , mais il avait droit à quelque moqueries de camarades, et un jour un prof lui a dit que ce n'était pas bon pour ses pieds et cela m'avait choqué... Autre annecdote , au lycée (fin années 70) une fille il y eu un jour une fille qui est venu en bottes caoutchouc hautes et noires (des tonia il me semblait bien)sur son survet et ses bottes étaient usées et trouées juste au dessus du renfort du coup de pied, jeune ado ce détail m'avait (étrangement.. ) fortement impressionné. Mais pas de souvenir de filles en bdc qui m'aient impressionné et tapé dans l'oeil.. J'était en banlieue parisienne et les filles portaient des Clarck , des jeans levis délavés et des grands pulls mauves, et venaient pas en bdc au lycée, peut-être plus à Paris ?

Chris a dit…

@ Lubbock light
Je me souviens bien aussi que l'on voyait souvent des femmes porter leurs bottes en caoutchouc avec un revers, la tige des tonia étant dans un caoutchouc très souple c'était très facile de les retourner. D'ailleurs pour enfiler les miennes sur mon survet quand j'étais jeune ado, j'utilisais cette technique qui consiste ensuite à dérouler la tige sur la jambe pour être sûr que le pantalon ne plisse pas en les enfilant car elles étaient étroites . Je les portaient exclusivement quand j'étais en vacances à la campagne et les gens du village me semblaient étonnés de me voir avec des bottes "de femme" mais je m'en fichait royalement.
Je trouvais aussi dommage cette mode consistant à porter ses bottes retournées, c'était inesthétique pour moi, et çà devait en effet abîmer le caoutchouc de la tige, de plus la doublure blanche des tonias se salissait vite ainsi en extérieur et çà ne me plaisait pas qu'on ne prenne pas soin de ses bottes.

Josiane a dit…

Je partage l'avis d'Arno AIGLE a un métro de retard en matière de bottes de pluie , ses "miss juliette" ne sont urbaines que de nom
Difficile de faire plus moche => échec commercial assuré , d'ailleurs aucune de mes copines n'en veut
Copie à revoir pour AIGLE INTERNATIONAL s'il veut survivre...

Lubbock light a dit…

@ Chris
En 1970 j'avais 24 ans mais c'est plutôt dans la fourchette des années 1975 / 80 que j'ai "accumulé" le plus de souvenirs de filles en Tonia.

J'ai effectué ma scolarité dans un lycée de garçons et comme toi, j'ai moi aussi le souvenir d'un copain qui portait souvent des bottes en caoutchouc vernies noires à bout rond. Je l'enviait beaucoup car ses bottes me fascinaient. C'était en quatrième en 1960 ou 1961. Ça ne pouvait donc pas être des Tonia, mais c'était en tout cas des bottes très fines et plutôt féminines. Je m'interrogeais sur la hauteur de leur tige que je ne pouvais pas voir sous les pantalons. Un jour pourtant, pendant la récréation, alors que nous étions assis contre un mur, il a relevé les jambes de ses pantalons car il avait chaud. J'ai pu alors apercevoir l'intégralité de ses bottes. Elles étaient interminables. Détail curieux, le haut de la tige serrait la jambe avec une élastique en crêpe noir qui passait dans des œillets dorés, un peu comme une bande molletière. J'avais été très impressionné par cette paire de bottes, au point que je n'ai jamais osé demander à mon copain où il les avait achetées.

Chris a dit…

@ Josiane
Je suis bien d'accord, les Miss juliette n'ont pas la finesse des tonia, d'abord par leur forme, et de plus leur aspect caoutchouc granuleux rappelle celui des bottes de chasse, le caoutchouc vernis des tonia les rendait plus élégantes et urbaines.

@ Arno et tous
Je constate donc qu'il y a beaucoup de souvenirs et de témoignages sur les Tonias, mais y-a t-il ici des femmes (ou des hommes puisqu'Arno nous racontait qu'il croisait des camarades en bdc , comme lui)qui peuvent témoigner qu'elles portaient des BDC Aigle au lycée dans ces années 70 ? J'aimerai bien savoir.

Lucienne a dit…

Question : pourquoi un tel succès des TONIA entre 1967 et 1972 ?

Réponse : parce que elles étaient très bon marché élégantes qu'on les trouvait partout : catalogues Manufrance , Camif , les 3 Suisses ,le Bon Marché , LE BHV , etc et que les bottes cuirs étaient moches et chères . Inutile d'aller plus loin nos techno bureaucrates se sont plantés mais ils ne veulent pas faire machine arrière on revit le TITANIC

Chris a dit…

@ Lucienne
Je comprends effectivement à la lecture de nombreux témoignages que la botte en caoutchouc Aigle Tonia était en 1970 une alternative économique, et pratique à la botte classique en cuir, car les femmes portaient le plus souvent des jupes et des bottes. Pourtant les questions de transpiration importante dans ce type de chaussure ne semblaient pas constituer un vrai problème. De plus on les portait souvent pieds nus , et même si la doublure était douce le confort ne devait pas être au top au bout d'une journée avec les pieds moites sur la doublure humide, sans parler du débottage qui devait être sportif si les bottes étaient bien ajustées.

Lucienne a dit…

@ Chris
si beaucoup de femmes et de jeunes filles portaient des TONIA en 1970 , rares étaient celles qui les gardaient une journée aux pieds sauf peut être les écolières.
Quant à les mettre pieds nus au printemps , celà m'arrivait aussi parce que la couture intérieure avait tendance à provoquer des trous aux collants au niveau du talon.

Françoise La Baule a dit…

C'est vrai à LA BAULE le jours de marchés en 1970 ,on voyait beaucoup de femmes en bottes de caoutchouc TONIA même quand il ne pleuvait pas .
C'est à croire que les TONIA étaient attachées à la Bretagne.

Lubbock light a dit…

@ Françoise La Baule
Pour avoir passé beaucoup d'étés au Grau-du-Roi, c'est vrai que les jours de marchés, dans les années 70, on voyait plutôt des espadrilles, des Tong ou des ballerines, même lorsqu'il arrivait parfois de pleuvoir !... Les Tonia se faisaient plutôt discrètes. Il faut dire qu'en plein été au Grau-du-Roi, la pluie est exceptionnelle et - sauf été pourri - ne dure jamais bien longtemps.

Lubbock light a dit…

Tout ça pour dire que j'aurais dû naître en Bretagne et passer mes vacances à La Baule.

Lucienne a dit…

@ Chris et Fabienne

on transpirait pas mal dans les TONIA , certes , mais tout autant dans les bottes de cuir surtout depuis la mode des leggings !!!

Françoise a dit…

Un des motifs ( il ne doit pas être le seul ! ) de l'arrêt définitif de la fabrication des TONIA est que les femmes transpiraient énormément et qu'elles avaient du mal à les quitter. Pourquoi se voiler la face?
Elles transpirent autant dans les bottes de cuir ou simili cuir , mais çà ne se dit pas...

Chris a dit…

@ Françoise
Mais le phénomène de mode a duré plusieurs années. Je fais le parrallèle avec les BDC D4 ces dernières années. La mode va au delà du confort. On a vu récemment beaucoup de jeunes femmes porter des BDC par beau temps et même en été. Donc le problème de la transpiration, s'il était réel, était occulté.

Anonyme a dit…

Les bottes style "bateau" ont remplacé en BRETAGNE et en Normandie les TONIA
c'est pas mal non plus

Alain a dit…

Botes bateau = durée de vie courte car ultra fragiles

Chris a dit…

Aigle a sorti sa première botte bateau en 1973 , et je me souviens de la "mode Bretonne" des années 70 ( cabans, pulls, casquettes, marinières, filets de p^che en déco, musique etc... ). Le succès des bottes marines liée à cette mode a certainement contribué progressivement à ringardiser les bottes "de ville" comme les Tonias. Il est vrai que dans les années 80, et encore aujourd'hui, les gens portaient des bottes de marin partout et pour tout faire. Et pourtant ce modèle est spécifiquement adapté à la pratique de la voile (ou la pêche) , avec sa semelle platte de de type basket et de couleur claire ( pas de traces sur le pont) et sans relief , sa doublure nylon pour le séchage et le dépottage dans l'eau, et sa souplesse , avec peu de renforts sur la tige ce qui rend ces bottes effectivement assez fragiles.

«Les plus anciens ‹Précédent   1 – 200 sur 1134   Suivant› Les plus récents»